Le cœur, en plus d’être associé aux sentiments, est indubitablement un des organes vitaux du corps humain. Il joue un rôle principal dans la circulation sanguine et l’oxygénation des cellules. Et pourtant, nous ne prenons conscience que très rarement des 100 000 battements qu’il effectue tous les jours.

Publicité

Ce que nous ignorons, c’est que chacune de ces pulsions intervient dans notre perception du monde. Ce phénomène biologique affecte, d’une manière infime, notre réactivité à des facteurs extérieurs.

Les études menées par le Max Planck Institute for Human Cognitive and Brain Sciences (MPI CBS) ont démontré que même si nous n’en prenons pas tout à fait conscience, notre rythme cardiaque inhibe nos sens le temps d’un battement.

Les recherches approfondies sur le sujet ont montré que cela se produisait lors d’une étape bien précise du cycle cardiaque. Nos réactions à certains stimuli sont altérées lors de la première phase : la systole. 

Lorsqu’elle se produit, le muscle du cœur se contracte, pompant ainsi le sang dans les artères. Ensuite, vient la diastole. Le cœur se détend et permet au sang de regagner ses chambres.

Public Domain/Pxfuel

Voilà en version simplifiée la façon dont nous obtenons un battement. Durant les expériences, les sujets ont présenté une réactivité moins prononcée à des stimulations par décharges électriques lors de la systole. 

En analysant les résultats, les experts ont conclu que nous étions moins sensibles aux sensations qui parcourent notre corps durant cette phase-là. Cette réaction est appelée la perception somatosensorielle. 

Autrement dit, lorsque notre cœur distribue le sang à travers nos organes, nous perdons notre capacité à capter clairement toutes les sensations qui nous entourent. Une fois passée, cependant, notre perception redevient beaucoup plus claire.

La raison principale pour laquelle cela se produit, expliquent les spécialistes dans leur étude, serait pour que nous ne soyons pas troublés par notre propre rythme cardiaque. En effet, 100 000 fois par jour, nous ressentons légèrement moins les choses, et c’est pour nous éviter d’entendre et sentir chaque battement de cœur.

Publicité

L’équipe de recherche affirme qu’ils sont encore loin d’avoir décortiqué le sujet, et d’autres mystères restent à élucider à travers d’autres expérimentations. Ce que nous retenons est que notre corps, très complexe, est bien conçu pour nous offrir les conditions de vie les plus agréables que possible.


Partagez l'article

>