Le monde autour de nous n’arrête pas de nous étonner. Rien de plus naturel, l’Homme n’a pas fini d’explorer son environnement en hauteur et en profondeur. L’espace avec son immensité intersidérale, ses galaxies de milliards d’étoiles et les superusines à énergie que sont les trous noirs ont démontré notre insignifiance par rapport à l’échelle de l’Univers.

Publicité
Publicité

L’océan et la mer nous emmènent loin en dessous de la surface à 11 034 mètres, dans les abysses de la fosse de Marianne pour nous époustoufler avec des spectacles de biolumière, émanant d’organismes vivants dont on ne soupçonnait même pas l’existence.

Pourtant, l’exclusivité ce mois-ci nous vient d’Internet. En effet, une vidéo datant de l’année 2012 est en train de faire le tour de la toile avec une vedette, que beaucoup de monde croyait sage et « immobile » autant… qu’une image.

Publicité

Une étoile de mer, rien moins que ça, marchait sur la plage alors que Zeb Hallock y était justement. Il immortalise sa trouvaille pour la publier plus tard sur le web.

Énormément d’internautes réagissent à la vidéo en découvrant que ces jolies astéries ne font pas du tout du surplace.

Publicité

Cette créature marine aux couleurs chatoyantes et aux formes originales n’est pas du tout inactive. Certaines espèces, comme les étoiles de mer Tournesol adultes, se déplacent à une vitesse de 1 mètre par minute en utilisant un système de canaux remplis d’eau qui actionne 15 000 petits pieds ambulacraires qui recouvrent leur partie ventrale.

 

 

D’autres types sont moins rapides, c’est le cas de l’étoile dite « Dermasterias imbricata » qui va doucement avec ses 15 cm par minute.

Descendant des animaux bilatéraux comme l’araignée ou le crabe, l’étoile de mer bouge en fléchissant et contractant ses pattes, faisant appel à des milliers de ventouses minuscules — sécrétant des produits chimiques — qui leur permettent d’adhérer aux surfaces et de donner l’impression de glisser gracieusement.

Publicité
Publicité

Les étoiles de mer respirent par les branchies se trouvant sur leur face inférieure et utilisent l’eau pour se mouvoir. Il est donc rare de les voir se promener sur le rivage, à moins d’être assez humide, car l’eau leur est indispensable pour la vie.

Zeb Hallock rassure les cyber fans en indiquant qu’elle a été remise dans son élément naturel, saine et sauve. Il précise par ailleurs que plus d’une fois, il s’est retrouvé en face de plusieurs spécimens échoués sur la plage à marée basse.

Les reposer dans l’océan était le geste à faire en s’assurant qu’elles étaient bien vivantes au moment de leur remise en liberté. Espérer qu’elles vivent pleinement leur vie qui peut avoisiner les 35 ans pour les plus chanceuses, et qu’elles puissent rehausser ainsi le décor du fond des océans avec leur grâce et leur beauté naturelle.

Publicité
Publicité

Partagez l'article

Publicité

Send this to a friend