L’être humain a tendance à prendre une propriété individuelle pour une vérité générale. Par égo, narcissisme, ou simplement par manque de communication, nous avons tous une croyance que nous considérons comme étant un fait.

Seulement voilà, de nos jours, l’information est beaucoup plus accessible. Il est donc plus facile de se rendre compte que tout ne s’applique pas sur tout le monde. Souvent par mégarde et de façon inattendue, nous assistons à des révélations parfois étonnantes. 

Le monologue intérieur qui divise la toile

Les réseaux sociaux, notamment Twitter, sont des plateformes d’échanges spontanés, mais qui peuvent servir à bien plus qu’à étaler sa vie sur la toile. 

C’est ce qui s’est passé le 27 janvier 2020, lorsque « KylePlantEmoji » a posté un tweet qui est vite devenu viral et qui a suscité la curiosité des internautes.

Le cerveau humain est fascinant, et Kyle a mis le doigt sur une de ses particularités : le monologue intérieur.

Bien que la faculté soit commune, la forme sous laquelle elle se présente n’est pas la même d’une personne à une autre. En effet, nous ne réfléchissons pas tous de la même façon : certains n’ont pas de monologues intérieurs, mais plutôt des concepts abstraits. 

Le tweet de Kyle a engendré une confusion chez les différents « penseurs ». Pendant que d’un côté on se demandait comment certains faisaient pour avoir une petite voix narrative 24/7 dans la tête, de l’autre, on s’étonnait du fait que des raisonnements pouvaient émerger de manière moins concrète. 

Piqués de curiosité, les twittos ont commencé à expliquer, chacun de son point de vue, leur processus de génération d’idées. 

Quelques chiffres

Avec plus de 2 900 réponses, le débat devient rapidement une vraie mine d’informations scientifiques. Les utilisateurs décrivent la façon dont ils conçoivent les concepts qui forment la pensée. 

Certains sont même allés jusqu’à utiliser l’option « sondage » qu’offre la plateforme pour départager les internautes. 

En tout, 20 000 personnes ont participé au vote. 

monologue intérieur
Statue du penseur / Unsplash

58 % méditent en mots ou phrases, tandis que 14,3 % formulent leurs réflexions en images et/ou concepts (odeurs, textures, etc.). 18,8 % affirment qu’ils ont expérimenté les deux. Les 8 % restants disent ne pas savoir de quoi il s’agit.

D’après les résultats de ce sondage, la plupart des participants pensent en « parlant ». Cependant, un pourcentage non négligeable n’a jamais eu besoin de monologue intérieur dans la tête pour raisonner. 

Le fait que nous pouvons user de nos cinq sens à la place du langage verbal uniquement ouvre la porte à d’autres perspectives. Ceci est bien la preuve que nous ne cessons jamais de percer des mystères concernant le corps humain. 


Partagez l'article

>