La beauté est l’un des principaux sujets d’actualité. Omniprésents sur les réseaux et les plateformes publicitaires, les produits cosmétiques attirent constamment la curiosité des amateurs.

Publicité

Le maquillage valorise certes la beauté d’une personne, mais la réalité est différente une fois celui-ci examiné de plus près…

Une composition que vous ne soupçonnez pas

Si vous comptez parmi les gens dont le maquillage intéresse, vous devez sans doute avoir dans votre trousse : du mascara, du gloss à lèvres ou en encore une «éponge beauté», plus connue sous le nom de «beauty blender».

Publicité

Mais vous êtes vous déjà questionné sur la constitution de ces produits ? Probablement jamais.

Actuellement, on estime que 90 % des produits utilisés portent des superbactéries qui peuvent être nuisibles. Les articles sus-cités sont les plus concernés quant à la quantité trouvée sur eux.

Ces bactéries existent initialement dans la peau, mais peuvent être à l’origine de maladies graves, selon les recherches de l’Université Aston, en Angleterre.

Publicité

Effectivement, ces micro-organismes causeraient des infections cutanées, la conjonctivite, et provoqueraient même l’empoisonnement du sang — si toutefois ceux-ci arrivent à pénétrer à l’intérieur du corps.

Les chercheurs affirment dans le Journal of Applied Microbiology que le risque d’infections est d’autant plus élevé lorsque la personne possède une immunité compromise.

Dans le cadre de l’étude de la contamination microbienne, les scientifiques nous font part de résultats surprenants ; différents types de champignons, et des entérobactéries ont été retrouvés sur plus du quart des échantillons.

Publicité

De plus, sur 470 produits cosmétiques utilisés, 79 à 90 % sont infectés par des bactéries dont les principales sont Escherichia coli, Staphylococcus aureus et Citrobacter freundii.

Public Domain/Pexels

La vitesse de contamination n’est pas déterminée, mais elle augmente certainement dans un milieu favorable. Et oui, une éponge beauté laissée humide suite à l’application d’une crème de teint constitue un terrain de prolifération parfait, rassemblant les pourcentages les plus élevés de bactéries.

Une négligence inquiétante 

Le manque d’hygiène constitue le facteur principal de la contagion à outrance. Il a été démontré que 93 % des produits n’ont jamais été nettoyés par leurs utilisateurs.

Publicité

Citons aussi les testeurs de maquillage exposés dans les surfaces cosmétiques à toute personne souhaitant essayer le produit. En plus du fait qu’ils ne soient pas souvent nettoyés, ceux-ci présentent une véritable interface d’échange de bactéries.

L’étude en question est particulièrement axée sur les beauty blenders, éponges de beauté ayant gagné en popularité depuis 2016 avec plus de 6,5 millions de ventes à cette époque.

Ainsi, l’inconscience des utilisateurs de maquillage peut avoir de lourdes conséquences, sur eux et sur autrui.

Publicité

L’auteur principal de l’étude, Amreen Bashir, déclare que la négligence hygiénique des consommateurs de maquillage est particulièrement préoccupante — la bactérie E. coli qui est impliquée dans la contamination fécale se trouvant dans la majorité des produits.

L’auteur appelle donc à une sensibilisation de l’ensemble du secteur cosmétique et les utilisateurs de maquillage sur l’importance du nettoyage régulier de leur beauty blender.

Aussi, les risques liés à l’utilisation de maquillage périmé doivent être considérés afin d’éviter toute complication future.

Publicité

Dans cette perspective, une certaine rigueur est exigée auprès des organismes de règlementation afin de protéger les consommateurs, à savoir la mention claire des dates d’expiration sur les emballages ainsi que les précautions à suivre pour le nettoyage des produits.


Partagez l'article

Publicité
>