Si notre système solaire est déjà un chef-d’œuvre à l’état pur et que les mystères qu’il continue de cacher ne cessent d’éveiller notre curiosité et de nous émerveiller, que penser de l’immensité de l’Univers et des planètes qu’il abrite précieusement ?

Publicité

Tantôt effrayantes, tantôt surprenantes, il peut y pleuvoir du verre, y neiger des roches ou encore ressembler à un diamant géant.

Si ces caractéristiques dépassent l’entendement du commun des mortels, elles sont pourtant bien réelles comme le prouvent ces 8 planètes particulièrement étonnantes :

Publicité

8. OGLE-2016-BLG-1195Lb

NASA.

Découverte en 2017, cette planète extrasolaire (ou « exoplanète ») est située à quelque 13 000 années-lumière de la Terre et où les températures se veulent particulièrement glaciales.

Surnommée « boule de glace », elles sont ainsi comprises entre pas moins de -220 et -186 degrés et laisse ainsi apparaître de larges superficies totalement glacées qui en font une planète extrêmement brillante malgré le fait qu’elle orbite autour d’une étoile relativement sombre, comme l’explique le chercheur à la NASA Yossi Shvartzvald qui déclare : « Cette surface glacée est incroyablement réfléchissante, environ cinq fois plus brillante que la lune de la Terre ».

7. PSR J1719-1438 b

NASA.

Si l’exoplanète PSR J1719-1438 b est si particulière, c’est parce qu’elle s’apparente en tous points à un énorme diamant d’un diamètre cinq fois plus important que celui de la Terre : en effet, celle-ci est composée de carbone cristallin, au même titre que le diamant et mesure près de 60 000 km de diamètre.

Publicité

Découverte en 2011, cette planète de carbone est située à pas moins de 4000 années-lumière de notre système solaire et orbite autour d’un pulsar, une étoile à neutrons étonnamment rapide, en l’espace d’à peine plus de deux heures.

6. TrES-2b (ou Kepler-1 b)

Wikimedia Commons

Si elle a été détectée pour la première fois en 2006 à environ 750 années-lumière de notre système solaire, sa découverte tient du miracle : en effet, il faut savoir que cette exoplanète a la particularité d’être totalement noire, d’une opacité encore plus prononcée que celle du charbon qui lui confère d’ailleurs le statut de planète la plus sombre jamais découverte à ce jour.

Ce phénomène est théoriquement dû à la composition de son atmosphère qui comprend notamment du potassium, de l’oxyde de titane ainsi que du sodium qui sont tous trois connus pour leur pouvoir absorbant de la lumière, mais cette explication n’est malheureusement pas suffisante pour savoir pourquoi cette planète est si noire comme le déclare David Spiegel de l’Université de Princeton : « Ce n’est pas clair, ce qui est responsable de rendre cette planète si extraordinairement sombre ».

Publicité

Si le mystère plane toujours autour de l’opacité de TrEs-2b, la question qui se pose est celle de savoir combien d’autres planètes nous avons ainsi pu manquer compte tenu de leur obscurité.

5. HD 189 733b

Wikimédia Commons.

Si cette exoplanète est la plus proche de notre système solaire, située à une distance de seulement 63 années-lumière de la Terre, les conditions météorologiques qui y existent sont en revanche bien loin de ressembler à celles que nous connaissons sur notre planète : en effet, il faut savoir que, sur HD 189 733b, les tempêtes de pluies sont en verre.

Particulièrement violentes et horizontales, il pleut ainsi continuellement des morceaux de verres sur cette exoplanète : son atmosphère, composée de silice, un matériau qui entre essentiellement dans la composition du verre, fait ainsi pleuvoir du verre fondu qui durcit littéralement en tombant à une vitesse qui peut atteindre les 9000 km /h et qui l’oblige ainsi à voler verticalement une fois arrivé sur HD 189 733b qui elle est dotée d’une température moyenne de pas moins de 980 degrés et des vents qui atteignent les 6400 km /h.

4. Janssen (ou 55 Cancri e)

Wikimedia Commons.

Située à 40 années-lumière de notre système solaire, 55 Cancri e est une exoplanète surprenante où les températures sont de 1100 degrés d’un côté, et de 2500 degrés de l’autre.

Publicité

S’il existe une telle différence de températures, c’est parce que sa rotation autour de son étoile hôte est dite « verrouillée », c’est-à-dire que la face de l’exoplanète du côté de l’étoile (dit « côté jour ») est toujours la même, tandis que l’autre (le « côté nuit ») ne la voit et ne la verra probablement jamais, destiné ainsi à rester dans l’obscurité totale infiniment.

De plus, les scientifiques pensent que cette différence de température peut être également due à l’activité volcanique qui est présente sur le côté jour de l’exoplanète.

Quoi qu’il en soit, 55 Cancri e est composée de lave où se mélange des roches pour former de larges étendues de roches fondues ou en fusion qui s’écoulent alors le long de sa surface.

Publicité

Par ailleurs, il faut noter que l’eau qui y est présente côté jour se trouve dans un état que l’on appelle « supercritique », c’est-à-dire qu’elle est à la fois un gaz et un liquide

3. CoRoT-7b

Wikimedia Commons.

Découverte en 2009 et située à près de 490 années-lumière de notre système solaire, CoRoT-7b est une exoplanète à rotation verrouillée si bien qu’un seul côté ne voit son étoile hôte.

Si le côté face à l’étoile hôte atteint des températures de plus de 2200 degrés, le côté dit « nuit » en revanche se veut à l’inverse particulièrement glacé et peut ainsi descendre à -210 degrés.

Publicité

Le côté jour de cette exoplanète est tellement chaud que la lave qui la compose s’évapore littéralement jusqu’à former de gigantesques nuages de roches d’où tombent alors de grosses pierres une fois arrivés du côté nuit : en d’autres termes, aussi, surprenant cela, puisse paraître, il neige des pierres sur CoRoT-7b.

2. Super Saturne (ou J1407B)

University of Rochester.

D’une beauté sans égale, J1407B est une exoplanète qui se trouve à quelques 434 années lumières de notre système solaire.

« Cette planète est beaucoup plus grande que Jupiter ou Saturne, et son système d’anneau est environ 200 fois plus grand que les anneaux de Saturne sont aujourd’hui » déclare ainsi le professeur d’astronomie et de physique Eric E. Mamajek de l’Université de Rochester, amenant alors les scientifiques à la surnommer Super Saturne compte tenu de ses caractéristiques exceptionnelles et il faut savoir qu’avant 2012, l’année de sa découverte, aucune exoplanète de ce type n’avait encore jamais été détectée auparavant.

Autre particularité étonnante qui laisse perplexes les scientifiques, le système d’anneaux de Super Saturne tourne dans le sens opposé de celui de la planète, ce qui, selon eux, ne peut être naturel et doit probablement être le résultat d’une catastrophe qui aurait bouleversé son sens de rotation.

1. Le Béhémoth (ou Gliese 436 b)

Wikimedia Commons.

Découverte en 2004, cette exoplanète est située à une trentaine d’années-lumière de la Terre et se veut unique en son genre : en effet, Gliese 436 b est totalement recouverte de neige qui brûle.

Publicité

Ce schéma si contradictoire parce que malgré que sa surface soit entièrement glacée, sa température est en revanche de pas moins de 439 degrés, lui valant ainsi son surnom de « planète de glace brûlante » qui s’évapore lentement.

En outre, cette condition spectaculaire la dote de ce qu’appellent les scientifiques une « queue cométaire » , cette longue traînée composée de gaz comme on peut en voir sur les comètes et qui mesure pas moins de quinze millions de kilomètres.

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>