Entre le flux d’informations que l’on trouve sur internet, les croyances populaires et les conseils d’amis bien intentionnés, il n’est pas toujours facile de faire le tri dans ses informations.

Seulement, lorsqu’il s’agit de notre santé ou celle de nos proches, il est essentiel de rétablir certaines vérités et de se défaire de ces quelques mythes qui nous font, malgré nous, plus de mal que de bien…

8. Récupérer ses heures de sommeil perdues la semaine durant le week-end

Rach. Flickr.

Contrairement à ce que la majorité des gens pensent encore aujourd’hui, il n’est ni possible ni sain de récupérer toutes les heures de sommeil perdues pendant la semaine le temps d’un week-end.

En effet, si faire une grasse matinée durant le week-end en dormant une ou deux heures de plus est une bonne chose en soi, dormir trop longtemps en revanche provoque l’effet totalement inverse : au lieu de récupérer la dette de sommeil, cela n’aura pour conséquence qu’un dérèglement votre horloge biologique, qui se fera ressentir dès le début de semaine.

Ainsi, selon le spécialiste du sommeil Chris Brantner, « Le résultat est que vous avez plus de mal à vous endormir le dimanche soir, ce qui vous met en place pour un lundi terrible, sans parler d’un horaire de sommeil totalement foiré pendant la semaine ».

De ce fait, s’il n’est pas possible de dormir à heures fixes chaque soir, il est préférable de se coucher plus tôt le lendemain au lieu de compter sur le week-end pensant pouvoir effacer sa dette de sommeil.

7. Attraper une grippe après avoir reçu une vaccination antigrippale

Pan American Health Organization PAHO.

Depuis quelques années déjà, la controverse anti-vaccination se veut de plus en plus virulente.

Ainsi, de nombreuses personnes estiment, à tort, que se faire vacciner contre la grippe provoque l’effet inverse, pensant alors que celui-ci rend malade.

Il est vrai que les vaccins en général (et non pas seulement les vaccins antigrippaux) peuvent provoquer dans certains cas des effets secondaires qui s’apparentent aux symptômes de la grippe (à savoir des douleurs musculaires, des maux de tête ou encore une légère fièvre et dans de rares cas des vertiges ou des évanouissements), mais ceux-ci ne sont en aucun cas dus à son virus.

Même si le vaccin antigrippal est effectivement composé de souches de différents virus de la grippe, il faut savoir que ceux-ci sont complètement inactifs.

Partant de ce principe, il est nettement plus dangereux de ne pas procéder à la vaccination antigrippale, notamment chez les personnes à risques (les personnes âgées de plus de 65 ans, les femmes enceintes, les cardiopathes…) que de ressentir les hypothétiques symptômes.

6. Faire une sieste durant la journée empêche de bien dormir pendant la nuit

FLEECIRCUS. Flickr.

Dans la croyance populaire, faire une sieste pendant la journée favoriserait l’insomnie.

Cependant, selon la science, il n’en est rien : si celle-ci ne dure pas plus d’un cycle (à savoir 90 minutes) et qu’elle est faite au moment opportun, elle présente des avantages non négligeables.

À ce propos, le spécialiste du sommeil Chris Brantner déclare : « La bonne chose à faire est de faire une petite sieste de 20 minutes ou d’aller faire une sieste d’une heure et demie [en cas de fatigue importante] »

Ainsi, il faut savoir que faire une sieste durant la journée entre 14 h et 15 h permet entre autres d’améliorer sa mémoire, d’être plus vigilant, de se relaxer et de fait d’avoir un effet positif sur l’humeur.

Cependant, une sieste trop longue (au-delà d’une heure et demie) ou trop tard (après 15 h) peut en revanche avoir l’effet contraire et effectivement affecter la qualité du sommeil nocturne comme le précise le spécialiste du sommeil Michael Breus qui explique : « [Lorsque] vous dormez trop longtemps, vous entrez dans une phase de sommeil dont il est très difficile de sortir. »

5. Boire des boissons énergisantes pour se sentir en forme

Boire des boissons énergisantes pour se sentir en forme
D.ST. Flickr.

Nous vivons dans une société où le stress fait partie intégrante de notre vie.

Pour faire face à un quotidien qui se veut des plus remplis, de nombreuses personnes se tournent alors vers des boissons énergisantes en pensant qu’elles aident à se sentir alerte tout au long de la journée.

Cependant, il faut savoir que ces boissons ne sont pas conseillées, voire dangereuses pour la santé, lorsqu’elles sont consommées de manière inadéquate.

Il faut savoir que celles-ci regorgent de sucres ajoutés et donc une haute teneur en calories qui, de fait, peuvent être néfastes sur le long terme et ainsi engendrer des maladies telles que des troubles gastro-intestinaux (colopathie) ou un surpoids.

Ainsi, si les boissons énergisantes ont certes un effet stimulant sur le cerveau compte tenu de leur teneur en taurine, les dangers liés à cet acide aminé sont en contrepartie désastreux lorsqu’il est consommé à forte dose : en effet, il peut être responsable d’un dérèglement de la glande thyroïde, de maladies cardiaques ou encore affecter la qualité du sommeil, de l’humeur.

Pour pallier un manque d’énergie, au lieu de se ruer sur des boissons énergisantes qui sont normalement adaptées aux personnes qui pratiquent un sport d’endurance, il est préférable de consommer davantage d’eau et de fruits ou de légumes énergétiques comme les betteraves, les épinards, les œufs, les champignons, ou encore des noisettes.

4. Les glucides entraînent une prise de poids

Malcolm Slaney. Flickr.

Le mythe selon lequel les glucides entraînent un gain de poids a beau être répandu, il n’en est pas moins faux : selon la science, les régimes sans glucides ne font pas perdre davantage de poids que les régimes qui en comportent : les glucides, consommées en quantités normales ne sont absolument pas responsables de la prise de poids.

En revanche, lorsqu’ils sont consommés en trop grande quantité, ils se transforment alors en lipides qui deviennent à leur tour de la graisse stockée inutilement par notre corps.

Cependant, il est aujourd’hui prouvé que les régimes sans glucides sont néfastes pour la santé en plus de ne pas être plus efficaces que les régimes qui en présentent.

Il faut savoir que les glucides sont essentiels à notre alimentation qui doit en comporter normalement entre 45 et 65 % pour notre bien-être physique.

Dans le cas des régimes sans glucides en revanche, celles-ci ne représentent pas beaucoup plus de 10 % (soit entre 4,5 et 6,5 fois moins que la dose recommandée)

Au regard de ces chiffres, il est évident que la santé physique en pâtit directement : ainsi, les conséquences des régimes sans glucides peuvent être dangereuses en épuisant littéralement le corps de son énergie qui fatiguent alors directement le cœur, les muscles ou encore le cerveau (notamment la concentration, la vigilance ou encore l’humeur).

Dans le même ordre d’idée, la diététicienne américaine Paige Smathers affirme alors : « Les glucides sont des macronutriments, ce qui signifie qu’ils sont l’une des trois principales façons dont le corps obtient de l’énergie ou des calories »

3. Perdre du poids en suivant un régime sans matière grasse

Iateapie. Flickr.

Nous pensons à tort que les lipides entraînent une prise de poids : en réalité, il est primordial de garder à l’esprit qu’aucun aliment (qu’il fasse partie des lipides ou non) n’engendre de gain de poids en soi, seule la quantité de calories absorbées par l’organisme doit être prise en compte.

De ce fait, consommer des aliments riches en lipides en quantité raisonnable n’apporte pas plus de calories au corps qu’il n’en a besoin : tant que le corps brûle autant de calories qu’il n’en consomme, aucune prise de poids ne peut être induite.

De plus, il faut savoir qu’il existe des lipides sains comme certains acides gras saturés et insaturés (dont les omégas 3, 6 et 9), essentiels à notre corps et à son bon fonctionnement, qui même dans le cadre d’un régime, visant à perdre du poids, sont préconisés : « La consommation de graisse ne provoque pas de prise de poids, au contraire, cela pourrait nous aider à perdre quelques kilos » déclare ainsi le professeur Aaron Carroll qui affirme que les aliments tels que les avocats, le beurre ou encore les noix sont de bonnes sources de lipides qu’il est nécessaire d’intégrer à un régime.

D’une manière plus générale, il faut comprendre que pour avoir une alimentation saine et équilibrée ou, dans le cadre d’un régime, ce sont essentiellement les sucres raffinés qu’il faut bannir (sucreries, boissons gazeuses, fast-foods…)

2. Pratiquer une activité sportive à jeun pour brûler un maximum de calories

Wikimedia Commons.

De nombreuses personnes pratiquent une activité sportive le ventre vide, pensant naïvement que ceci les aidera à brûler davantage de calories.

Or, même si cela peut paraître logique de prime abord, la médecine dit toute autre chose à ce propos : ne pas manger, ne serait-ce qu’une collation, avant de faire du sport entraîne votre corps à brûler de la graisse, certes, mais il ira en contrepartie directement puiser dans ses réserves de protides et donc dans la masse musculaire, ce qui est totalement contre-productif lorsque l’on sait que les muscles brûlent près de sept fois davantage de calories que la graisse.

Ainsi, le diététicien Paul Salter explique : « Cela aidera à l’entretien musculaire, ce qui est crucial pour augmenter le nombre de calories brûlées par jour et a inévitablement une contribution positive à la perte de poids et à votre physique de perte de poids ».

1. Aller faire du sport lorsqu’on est énervé pour se calmer

Runwaypilates. Flickr.

Il n’est pas rare d’entendre des gens conseiller aux autres de vite aller faire du sport pour se calmer après une dispute ou un choc émotionnel.

Seulement, la science affirme qu’au contraire, cela est beaucoup plus dangereux pour la santé que réellement sain et relaxant.

Ainsi, une étude scientifique réalisée avec un échantillon de près de 12 461 personnes provenant de 52 pays différents a prouvé que faire un effort physique juste après avoir été contrarié multiplie le risque de faire une crise cardiaque par trois.

D’après Andrew Smyth, le docteur qui a dirigé ladite étude, le stress couplé à un effort intense augmente significativement la pression artérielle ainsi que la fréquence cardiaque : dans ce cas précis, il suffit qu’une artère soit endommagée ou bouchée pour qu’une crise cardiaque puisse survenir.

Cependant, il faut noter que pratiquer une activité sportive de manière régulière est en revanche un excellent moyen de faire face au stress et d’extérioriser ses émotions mêmes les plus négatives.

Pour éviter tout risque inutile, l’essentiel est surtout de ne pas intensifier brutalement sa séance de sport en cas de choc émotionnel.


Partagez l'article

>