Beaucoup de gens n’approuvent pas l’élevage intensif. Certaines personnes sont même devenues végétariennes afin de contribuer à la réduction de l’élevage industrialisé, mais celles-ci ignorent que les produits fabriqués à partir des animaux s’étendent au-delà des viandes, des produits laitiers et des manteaux en fourrure.

Publicité

Certes, les produits animaux sont moins utilisés aujourd’hui dans l’industrie depuis l’apparition de nombreux matériaux synthétiques de remplacement, mais il faut savoir que le rendement de l’élevage industriel ne cesse d’augmenter afin de satisfaire les besoins de l’humain et cela dépasse largement le cadre de l’alimentation. D’ailleurs, l’OFAC (Ontario Farm Animal Council) affirme que 98 % des animaux tués sont utilisés, mais seulement à 55 % pour les produits comestibles. Cela signifie que pas moins de 45 % des animaux morts sont utilisés pour fabriquer des objets divers dont vous ignoriez l’origine.

Voici donc huit choses de votre quotidien qui sont faites à partir d’animaux morts :

Publicité

8. L’encre de tatouage

Wikimedia Commons.

Si vous avez un tatouage, il y a de fortes chances que celui-ci provienne d’animaux. En effet, la plupart des encres utilisées dans les tatouages sont faites à partir d’os carbonisés d’animaux. C’est d’ailleurs cela qui leur donne leur noirceur métallique, mais ce n’est pas tout, car le tissu graisseux des animaux est également utilisé pour stabiliser cette encre. De plus, les sabots de certains animaux servent à la fabrication de la gélatine qui sert de liant aux tatouages.

Néanmoins, il existe tout de même des tatouages dits végétaliens qui remplacent les produits d’origine animale par des produits synthétiques comme la résine qui remplace la gélatine par exemple.

7. Le chewing-gum

Pexels.

Les produits cosmétiques que vous utilisez sur votre peau, et en particulier les gommages, contiennent une substance commune avec le chewing-gum, c’est la lanoline. Cette dernière est aussi appelée graisse de laine ou cire car il s’agit en réalité du produit de sécrétion des glandes sébacées des moutons.

Publicité

D’ailleurs, la lanoline était autrefois extraite de la laine des moutons en faisant bouillir cette dernière. Elle correspond à la matière grasse qui atteint le sommet, cette eau bouillie.

6. La bière, le vin et le jus d’orange

Pixabay.

Si la bière et le vin ont un aspect clair et attirant, c’est surtout parce qu’ils ont été fabriqués grâce à un filtre d’ichtyocolle qui est une substance gélatineuse provenant des vessies des poissons d’eau douce. Certes, l’ichtyocolle est retirée des bouteilles de vin et de bière après le processus de clarification, mais cela n’empêche guère qu’il y ait des quantités infimes de vessies de poissons qui stagnent dans vos boissons.

De plus, même certains jus d’orange contiennent des fragments de sardine, d’anchois et de tilapia et cela est clairement mentionné dans leurs ingrédients, comme c’est le cas du jus d’orange Healthy Heart de la marque Tropicana.

Publicité

5. Le linge que vous portez

Wikimedia Commons.

Même si vos vêtements sont faits de matières synthétiques, ils sont certainement remplis de produits d’origine animale qui sont utilisés dans le but d’améliorer leur texture. Par exemple, la plupart de vos vêtements sont enduits d’un mince film d’une matière appelée suif qui n’est presque jamais mentionnée. Il s’agit d’un assouplisseur de tissus qui est fabriqué à partir des matières grasses des chevaux, des moutons et des bovins, dans le but de rendre votre linge plus frais et plus agréable au toucher.

C’est d’ailleurs pour cette raison que les chats adorent tourner autour de vos vêtements propres.

4. Les préservatifs

Public Domain Pictures.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, les préservatifs sont fabriqués à base de nombreux fragments d’animaux et ils contiennent même des produits laitiers. Certes, il est bien connu qu’il existe des préservatifs qui sont faits à base de peau d’agneau, mais il faut également savoir que même les préservatifs en latex sont loin d’être à 100 % végétaliens.

En effet, le latex n’étant pas assez lisse pour la peau à l’origine, plusieurs substances sont utilisées pour le rendre plus agréable sur celle-ci dont la caséine qui est une protéine du lait. Certains fabricants utilisent même directement du lait en poudre et les médecins affirment que cela ne représente aucun danger pour les personnes qui sont allergiques au lactose.

Publicité

3. Les billets d’argent et la monnaie

Public Domain Pictures.

Le même produit qui est utilisé pour ramollir le linge, c’est-à-dire le suif, est utilisé pour gonfler les billets d’argent dans de nombreux pays. De plus, même les pièces de monnaie sont recouvertes d’un film de suif et cela principalement dans le Royaume-Uni, le Canada, le Mexique, etc.

Plus d’une centaine de milliers de personnes ont signé une pétition afin que les produits animaux ne soient plus utilisés dans la fabrication des pièces de monnaie, mais il semblerait que le but d’utilisation de ces graisses est d’éviter les contrefaçons et les autorités compétentes ont déclaré que le remplacement du suif animal par un autre produit risque de prendre un peu de temps.

2. Les pneus de vélos et de voitures

Wikimedia Commons.

Pour que les pneus soient plus résistants aux frottements, leurs fabricants ont tendance à les imprégner d’une substance faite à partir d’animaux morts et nommée acide stéarique. Cette dernière permet au caoutchouc des pneus d’avoir une plus grande durabilité face aux frictions constantes avec différentes surfaces, mais il existe d’autres produits de remplacement d’origine végétale qui sont tout aussi efficaces.

Publicité

Ainsi, même si les roues des voitures et des vélos ne portent pas d’étiquettes qui indiquent leurs ingrédients comme c’est le cas de la nourriture, il est possible de demander au fabricant si les pneus contiennent de l’acide stéarique afin de déterminer s’ils ont été faits à base d’animaux.

1. Les sacs en plastique

How can I recycle this.

Le magazine « Genetic Engineering & Biotechnology News » ou GEN a expliqué dans un article que même si les polymères des sacs en plastique provenaient du pétrole, des additifs graisseux d’origine animale sont très souvent utilisés pour faciliter le traitement de ces polymères ou même pour améliorer les propriétés physico-chimiques de ces sacs. Ces matières grasses solidifient les sacs de provisions et réduisent les effets des frottements.

D’ailleurs, certaines entreprises comme Tyson Foods utilisent même des protéines animales comme la kératine des plumes de poulet pour fabriquer le plastique utilisé dans leurs sacs.

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>