Qu’elles soient de formation naturelle ou réalisées par l’Homme, certaines créations se veulent mystérieuses et hors-normes, parfois dépassant l’entendement humain.

C’est le cas de ces 8 boules étranges et mystérieuses trouvées souvent pur hasard qui, pour certaines, laissent encore perplexes de nombreux scientifiques…

8. Des boules de métal trouvées dans les abysses

Nils Brenke, CeNak

C’est en 2015, lors d’une expédition allemande visant à étudier la faune marine que des scientifiques ont remonté à la surface de mystérieuses boules de métal qui tapissaient le fond de l’océan Atlantique, à près de 4000 mètres de profondeur.

S’il n’est pas rare de trouver des nodules de manganèse, un métal largement présent dans les eaux profondes des océans, ceux-ci en revanche se veulent particuliers tant d’un point de vue de leur taille, de leur forme que de leur nombre : en règle générale, ils ressemblent davantage à des crêpes qu’à des boules de billard et ne se veulent pas aussi nombreux.

À ce propos, le chef d’expédition et scientifique Colin Devey déclare : ils étaient très très circulaires, ce qui est étrange. Ils ressemblent habituellement à des flops de vache. »

Ainsi, Colin Devey et son équipe ont exploré pendant plus de 40 jours l’océan Atlantique dans lequel ils auraient trouvé des nodules de manganèse vieux de plus de 10 millions d’années lorsque l’on sait que, normalement, ces nodules ne prennent qu’un centimètre tous les millions d’années.

Si certains scientifiques pensent que les nodules de manganèse sont le fruit d’une réaction chimique entre le métal présent dans l’eau de mer et les bactéries, cette théorie n’a toujours pas été confirmée ou infirmée et leur origine reste ainsi un mystère encore aujourd’hui.

7. Les boules violettes de Tucson

National Paranormal Association.

En 2013, lors d’une balade dominicale dans le désert de l’Arizona à Tucson, Mme Vargas et son mari se sont retrouvés nez à nez avec des milliers de petites boules tantôt violettes tantôt translucides d’apparence aqueuses, laissant la communauté scientifique perplexe et sans explication plausible.

Si le Directeur marketing des jardins botaniques de Tucson, Darlene Buhrow pense qu’il s’agit peut être d’une forme de champignons (mycoses, moisissures…), d’autres pensent qu’elles ne sont que des boules décoratives qui servent à entretenir des plantes comme on peut en trouver dans le commerce.

Certains affirment même qu’elles ont été déposées par des créatures extraterrestres, mais ces quelques théories ne semblent évidemment pas convaincre les chercheurs qui ne savent toujours pas à l’heure actuelle d’où proviennent ces mystérieuses « billes gluantes dont dégouline une substance aqueuse lorsqu’elles sont écrasées », comme les décrit Mme Vargas.

 

6. Des sphères en pierre de 5000 ans d’âge

Martin Morrison

Si ces sphères en pierre n’ont été découvertes que récemment, celles-ci datent en réalité du Néolithique et ont quelque 5000 ans d’âge.

Trouvées principalement en Écosse, en Irlande et en Grande-Bretagne, ces pierres rondes de la taille d’une orange sont soigneusement taillées de sorte à afficher entre 3 et pas moins de 160 protubérances selon les sphères.

Encore plus étonnant, un rapport de 2015 indique qu’il en existe près de 435 et elles rappellent en tous points les cinq solides de Platon, à la seule différence qu’elles ont été sculptées plus de 2500 ans avant même qu’il ne les décrive.

La question qui se pose alors est celle de savoir jusqu’où s’étendaient les connaissances à cette époque et pourquoi ou comment ont-elles mystérieusement disparu depuis.

Malheureusement, si les archéologues et les scientifiques ont bel et bien tenté d’y répondre, les quelques théories qui ont été proposées n’ont pas pour autant réussi à percer le mystère de ces anciennes sphères en pierre.

Ainsi, certains archéologues pensent qu’elles étaient utilisées pour aider à la construction, faisant ainsi office de machines ou d’outils de l’époque néolithique servant principalement à déplacer plus facilement les gros blocs de pierre en les faisant rouler tandis que d’autres affirment qu’elles représentent des atomes, les laissant, alors penser que le savoir et les connaissances en sciences à cette époque étaient beaucoup plus évoluées et avancées qu’on le croit aujourd’hui.

Quoi qu’il en soit, aucune preuve tangible n’a été donnée jusqu’alors et nous ne savons toujours pas dans quel but précis ces centaines de sphères en pierre ont été sculptées de cette manière.

 

5. Les billes (ou sphères) de Klerksdorp

Découvertes par des mineurs il y a une quarantaine d’années, des petites billes d’une taille qui varie entre 0,5 et 10 centimètres ont ainsi été trouvées dans les environs d’Ottosdal en Afrique du Sud.

Sachant qu’elles datent de plus de 3 milliards d’années, certains pensent qu’elles ne peuvent avoir été créées que par des êtres dotés d’une intelligence extraterrestre.

Cependant, la communauté scientifique est d’accord pour affirmer qu’il s’agit d’un processus naturel, tout ce qu’il y a de plus rationnel : en réalité, ces billes sont des roches de pyrophyllite qui se sont formées naturellement par concrétion carbonatées, c’est-à-dire en se solidifiant au fil du temps, jusqu’à former ces petites sphères.

Évidemment, lorsqu’on les contemple, leur aspect rond soigneusement poli, marqué de rainures droites et parallèles peut prêter à confusion, mais Dame nature est bien trop connue pour ne jamais lésiner sur la perfection de ce qu’elle nous offre.

 

4. Les sphères mégalithiques du Costa Rica

Poulpy, Wikipédia

Contrairement aux sphères qui laissent certains scientifiques perplexes sur leur origine ou leur formation, nous savons en revanche que les sphères mégalithiques du Costa Rica sont taillées et sculptées volontairement par l’être humain, notamment par l’une des civilisations autochtones qui vivaient non loin du delta de Diquis, dans le sud du Costa Rica.

Découvertes à la fin des années 30, ces quelque 300 sphères précolombiennes dateraient selon les scientifiques de 200 ans av. J.-C. à 1500, sans grande certitude.

Ce dont ils sont sûrs, c’est que des vestiges des poteries retrouvées avec ces sphères existaient entre – 200 et l’an 600.

Si aujourd’hui elles sont abritées par le musée Finca 6, un musée situé au sud-ouest du Costa Rica, leur utilité n’est en revanche toujours pas certaine : sculptées tantôt dans du calcaire, tantôt dans du grès ou encore dans du gabbro, les chercheurs pensent qu’il ne s’agirait que de décorations qui étaient placées devant les maisons des Chefs, notamment pour montrer au reste du peuple leur puissance et aux populations voisines leurs richesses.

Cette théorie n’ayant nullement été prouvée, de nombreux mythes existent autour des sphères mégalithiques du Costa Rica : pour certains, elles sont simplement d’anciennes pièces de jeux jouées par des géants, au même titre que le bowling que nous connaissons aujourd’hui, pour d’autres, elles étaient utilisées lors de rituels magiques.

Quoi qu’il en soit, ces sphères faites à la main et dont certaines se veulent encore aujourd’hui intactes et parfaitement rondes montrent encore une fois que les civilisations disparues étaient bien plus avancées que nous ne voulons bien le croire.

3. La sphère Betz

Bien que découverte il y a maintenant presque 45 ans en 1974 à Jacksonville par Terry Matthew Betz, le mystère de la sphère Betz n’est pas résolu pour autant, et ce malgré les moyens et les connaissances scientifiques et historiques dont nous disposons.

En effet, si elle ne mesure que 20 centimètres de diamètre, son apparence, sa composition et ses propriétés n’en demeurent pas moins étranges.

Ainsi, la sphère Betz a été trouvée dans un état frôlant la perfection, sans trace aucune d’usure ou d’accroc mis à part un triangle taillé et inscrit sur ladite sphère.

De nature métallique, en acier inoxydable, elle se veut de surcroit en alliage magnétique qui lui permet d’être sensible aux champs électromagnétiques ainsi qu’aux sons et est en outre dotée d’une sensibilité mécanique.

Effectivement, aussi surprenant que cela puisse paraitre, la sphère Betz réagit à certains sons, notamment des notes de musique précises et revient à son point de départ lorsqu’on la fait rouler au sol en changeant de trajectoire d’elle-même.

Aussi, la famille Betz a relevé un comportement des plus étranges de la part de leur chien lorsque la boule était dans les parages, les laissant ainsi penser qu’elle était dotée d’ondes électromagnétiques à haute fréquence.

Enfin, ils affirment qu’un son étouffé s’échappait de l’intérieur de la sphère.

Compte tenu de tous ces éléments plus que singuliers, l’US Navy s’est emparée de la sphère Betz pour l’étudier et l’analyser en déclarant alors : « “Nos premières tentatives de rayons X ne nous ont conduits nulle part. Nous allons utiliser une machine plus puissante et faire des tests spectrographiques pour déterminer de quel métal elle est faite… Il y a certainement quelque chose d’étrange à ce sujet. »

Les tests ont alors prouvé que la sphère était dotée de trois pôles magnétiques et que, curieusement, son intérieur contenait trois autres sphères en métal semblables et d’origine parfaitement inconnue.

Cependant, aucune autre information n’a été donnée depuis, le mystère restant ainsi entier.

 

2. Les pierres rondes de l’île Champ en Russie

Situées sur l’île arctique appelée Champ en Russie, de mystérieuses pierres rondes de taille très variables tapissent son sol : si certaines sont de la taille d’une petite bille, d’autres en revanche peuvent atteindre les 3 mètres de diamètre.

Compte tenu de leur position et de leur âge certain, un être humain n’aurait pas pu les créer : inhabitée encore aujourd’hui malgré les moyens qui sont mis à notre disposition, les températures de l’île Champ ne pouvaient en aucun cas accueillir quelque population que ce soit, aussi avancée soit-elle il y a des milliers d’années.

Ainsi, tout laisse à penser qu’il s’agit de concrétions rocheuses qui se seraient formées au fil des âges et des époques.

Quoi qu’il en soit, cette explication scientifique n’empêche pas certaines personnes de penser qu’il s’agit en fait d’un cadeau fait à la Terre par les extraterrestres, il y a quelques milliers d’années avant qu’elle ne soit habitée par nous autres êtres humains.

 

1. La sphère géante de Bosnie

Si certains affirment que la sphère géante de Bosnie trouvée dans la forêt de Visoko Valley est l’œuvre d’une civilisation ancienne perdue et avancée, les scientifiques en revanche ne sont pas de cet avis : en dépit de sa forme parfaitement sphérique, de sa taille qui atteint pas moins de 3 mètres de diamètre et de sa composition, tout porte à croire qu’il ne s’agit que d’une concrétion, bien que ce phénomène soit déjà un miracle de la nature en soi.

Ainsi, il faut savoir que, généralement, les concrétions se forment en solidifiant entre eux des particules de minéraux à de la poussière et des sables durant des milliers, voire des millions d’années : compte tenu de sa taille (3 mètres de diamètre), il s’agirait d’une concrétion vieille de plusieurs millions d’années.

De plus, l’archéologue Semir Osmanagich affirme qu’elle est brunâtre et rougeâtre et que sa teneur en fer est particulièrement élevée, deux des caractéristiques les plus normales et habituelles d’une concrétion naturelle selon les scientifiques.

Bien sûr, que la sphère géante de Bosnie soit purement naturelle ne change en rien son côté spectaculaire, presque mystique, bien au contraire.


Partagez l'article

>