Si la vie est un long fleuve tranquille pour certains, d’autres doivent faire face à des événements difficiles qui malheureusement ont souvent des conséquences irréversibles, voire mortelles : graves accidents, crises cardiaques ou encore AVC, la plupart de ces épisodes sont malheureusement tragiques dans la majorité des cas, sauf peut-être pour quelques miraculés qui nous rappellent combien la vie sait nous surprendre.

Parce que les épreuves les plus difficiles ne sont pas forcément les plus tristes, certaines personnes ont réussi à se relever et à développer de surcroît des capacités qui dépassent l’entendement et la raison scientifique.

Lésions cérébrales prouvées par la médecine pour les plus cartésiens ou miracles de la nature pour les plus rêveurs, la vie de ces 6 êtres humains nous rappelle combien elle est fragile, mais surtout combien elle vaut la peine d’être vécue…

6. Franco Magnani

Franco Magnani .

Dans les années 60, une fois arrivé à San Francisco, l’immigré italien Franco Magnani âgé de 30 ans à l’époque est tombé gravement malade si bien que sa fièvre a provoqué chez lui des hallucinations.

Si ce phénomène est relativement courant lorsque la fièvre est très élevée, les effets qu’il a engendrés chez Franco Magnani sont en revanche uniques : les rêves du jeune italien reconstituaient avec une précision impressionnante les rues et les paysages de Pontito, son village natal qu’il n’avait pourtant pas revu depuis sa plus tendre enfance, au point de les peindre avec un réalisme absolument hors du commun.

Plus étrange encore, il faut savoir qu’avant sa fièvre hallucinogène, Franco Magnani n’avait jamais peint de sa vie : cuisinier en Italie, il s’est ensuite réorienté dans la menuiserie une fois arrivé aux États-Unis.

Bien que les médecins ont pensé à une épilepsie partielle causée par la forte fièvre, la mémoire qu’il a retrouvée et le don de peinture qu’il a mystérieusement acquis restent encore inexpliqués et ne demeurent aujourd’hui que les vestiges de sa maladie, ses toiles plus vraies que nature.

5. Jason Padgett

Fractal Art created by Jason Padgett, Wikipédia Commons

C’est à la sortie d’un restaurant que la vie de l’américain Jason Padgett a totalement basculé : agressé par deux hommes, les coups qu’ils lui ont portés ont été tellement violents qu’il s’est vu directement transféré à l’Hôpital.

Victime d’une commotion cérébrale, sa convalescence a pris une tournure des plus spéciales, le laissant alors penser qu’il devenait fou ou atteint de graves hallucinations : si la lumière traversait une vitre, Jason pouvait y voir se former de petits triangles.

De même, lorsqu’un objet était en mouvement, il y apercevait alors des formes étranges et les liquides ainsi que les nuages se transformaient étrangement en spirales.

Face à cette situation singulière, le jeune homme qui n’était pas sorti de son domicile depuis des années suite à son agression a alors pris l’initiative de dépasser son mal être en dessinant ce qu’il voyait autour de lui et de suivre des cours de mathématiques qui lui permettront peut-être de comprendre ce que signifiaient ces mystérieuses formes géométriques.

C’est alors qu’il découvre qu’il est le seul être humain capable de dessiner des fractales à main levée.

Plus surprenant encore, si Jason Padgett n’avait jamais été intéressé par les matières scientifiques durant son cursus scolaire, il est aujourd’hui à l’origine de quelques découvertes mathématiques surprenantes, nous apprenant ainsi que l’équation la plus connue d’Albert Einstein E = mc2 est une fractale et nous offrant la possibilité de “contempler” le nombre Pi.

4. Tony Cicoria

Public Domain, Pxhere

C’est en appelant sa mère dans une cabine téléphonique un jour orageux que le chirurgien orthopédiste Tony Cicoria a malencontreusement été frappé par la foudre.

Gravement électrocuté, ses deux premières semaines de convalescence ont été particulièrement éprouvantes, se retrouvant dans un état pratiquement comateux, largement altéré par ses pertes de mémoire récurrentes.

Cependant, après sa guérison, Tony Cicoria a commencé à éprouver le désir irrépressible d’écouter du piano, toute la journée.

N’ayant jamais eu d’attrait particulier pour la musique mis à part quelques titres de rock de temps à autre, celui qui n’avait encore jamais touché un piano de sa vie s’est mis à composer lui-même des morceaux au point d’en devenir pratiquement insomniaque.

Bien que suivi médicalement, il semble que le mystère n’ait jamais été percé et aucune IRM de Tony Cicoria n’a su prouver ce dont il était atteint, laissant les médecins perplexes devant ce cas mystérieux comme le décrit dans son ouvrage le neurologue et historien des sciences Oliver Sacks.

3. Ken Walters

Mercury Press.

Il arrive parfois que la vie donne l’impression de s’acharner contre certaines personnes comme Ken Walters qui a dû, en l’espace d’une vingtaine d’années se remettre de deux crises cardiaques et d’une grave dépression à la suite desquels il a malheureusement perdu son emploi et son logement.

Face à un tel stress, Ken Walters a eu un accident vasculaire cérébral en 2005 dont il ne pensait jamais pouvoir se remettre compte tenu de ses antécédents médicaux.

Contre toute attente, en plus de s’en sortir, son AVC lui a permis de devenir un artiste hors pair bien que le dessin n’ait jamais été son fort par le passé.

Ainsi, en discutant avec l’infirmière à son réveil, Ken Walters s’est inconsciemment mis à dessiner des formes avant que cette dernière ne s’aperçoive de la beauté et de la précision de son dessin.

Bien que les médecins lui ont affirmé que ce “don” était probablement temporaire et dû à son cerveau qui essayait, de se régénérer après l’accident, la passion subite et le coup de crayon inouï pour le dessin dont il a miraculeusement hérité semblait faire partie de lui désormais : même après sa sortie de l’hôpital, Ken Walters a continué à dessiner, jusqu’à se lever avant l’aube pour profiter pleinement de son inspiration.

N’ayant jamais pratiqué le dessin auparavant, son talent est tellement exceptionnel que des sociétés comme Java, IBM ou encore Electronic Arts s’arrachent encore aujourd’hui ses créations pour les utiliser dans des jeux vidéos, des fonds d’écran ou encore des galeries d’art en passant par des magazines…

2. Tommy McHugh

Gianni Bianchini.

Décrit comme étant un ancien délinquant et arrêté par la police pour détention de drogue, l’anglais Tommy McHugh âgé d’une cinquantaine d’années au moment des faits a échappé la mort de très peu.

Souffrant de violents maux de tête, le quinquagénaire a subi une rupture d’anévrisme qui aurait pu lui être fatale si elle n’avait pas été prise en charge aussi rapidement.

Saignant des deux côtés du cerveau, sa guérison relève de l’ordre du miracle, autant que les quelques talents artistiques qui se sont soudainement développés après sa guérison.

Ainsi, l’anglais anciennement perçu comme dur et violent s’est subitement mis à s’exprimer en vers et en rimes, à dessiner, peindre et sculpter des oeuvres dignes des plus grands artistes.

Incapable d’arrêter son inspiration, Tommy McHugh consacre la majeure partie de son temps à l’art depuis sa rupture d’anévrisme, repeignant ainsi tous les murs et le plafond de son appartement et le décorant de nombreuses sculptures, lui qui se considérait comme bien loin du milieu artistique dans son ancienne vie de délinquant.

Selon les scientifiques et d’après les examens médicaux auxquels il a été soumis, son côté artistique s’est développé suite aux lésions causées par l’endommagement de son lobe frontal.

Quoi qu’il en soit, Tommy McHugh est aujourd’hui un artiste hors pair, tantôt peintre, tantôt sculpteur et poète qui partage ses oeuvres dans de nombreuses galeries d’art anglaises.

1. Jon Sarkin

VSA Massachusetts.

Quelques temps après une opération chirurgicale visant à supprimer les acouphènes (bourdonnements dans les oreilles) dont il était victime depuis l’âge de 35 ans, Jon Sarkin a eu un accident vasculaire cérébral qui a obligé les médecins à lui retirer une partie du cerveau.

Si au regard de la situation nous pouvons penser qu’une telle opération implique forcément des lésions cérébrales lourdes et irréversibles, il n’en est rien pour Jon Sarkin qui, bien au contraire, a développé des facultés artistiques impressionnantes : littéralement obnubilé par le dessin à sa sortie de l’hôpital et bien que n’ayant jamais eu d’intérêt particulier pour la peinture ni même suivi de cours particuliers dans ce domaine, il est ainsi devenu artiste peintre, vivant au gré de son inspiration.

Un tel talent ne pouvant être resté caché bien longtemps, les oeuvres de Jon Sarkin ont largement charmé des magazines tels que The New Yorker ou encore GQ, sans compter le livre biographique dont le célèbre acteur Tom Cruise a racheté les droits d’auteur pour probablement l’adapter au cinéma.

 


Partagez l'article

>