C’est bien connu, beaucoup savent ce qu’est la religion chrétienne, même à quelques notions près, tandis qu’énormément de personnes ignorent totalement la base de l’islam, dont certains musulmans mêmes, n’ayant pas eu la chance d’apprendre ou d’être éduqués pour d’innombrables raisons.

Publicité
Publicité

Depuis son apparition, le Coran a instamment prié ses fidèles à observer, réfléchir, écouter, rechercher la connaissance. L’islam et le christianisme sont les deux plus grandes religions que le monde a connues et qu’il continue de connaître aujourd’hui. Retour sur les apports étonnants, et les inventions à l’impact immense que la religion de Mahomet a incontestablement laissé naître…

Les jardins

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -
Eric GILLARD, PiX/Flickr

L’Europe médiévale avait des cuisines et des jardins d’herbes aromatiques, mais ce sont les Arabes qui ont développé l’idée du jardin comme lieu de beauté et de méditation. Les premiers jardins royaux d’agrément d’Europe ont été ouverts dans l’Espagne musulmane du 11e siècle. Les fleurs originaires des jardins musulmans comprennent l’œillet et la tulipe.

Publicité

Le savon moderne, et le shampoing

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -
Partymonstrrrr/Flickr

Muhammad ibn Zakariya Al-Razi a joué un rôle majeur dans les progrès de la chimie. Dans son ouvrage « Secret of Secrets », Al-Razi divisait les substances en substances animales, végétales et minérales. Les substances minérales comprennent le mercure, l’or, l’argent, les pyrites, le verre, etc. Les substances végétales étaient principalement utilisées par les médecins ; tandis que les substances animales se divisaient en cheveux, sang, lait, œufs, bile…

Il ajouta également un certain nombre d’entrées obtenues artificiellement, telles que l’oxyde de plomb, la soude caustique et divers alliages. Il convient de noter que c’est le traducteur italien du 12e siècle, Gérard de Crémone, qui a réalisé les traductions les plus précieuses de l’étude et de la classification des sels et des sels (sulfates) d’Al-Razi, ainsi que des opérations connexes dans « De aluminibus et salibus », dont le texte arabe est préservé. Les nombreuses versions de ce travail ont eu une influence décisive sur les opérations ultérieures dans l’Ouest, plus généralement dans la minéralogie.

Publicité

La technologie chimique musulmane a joué un grand rôle dans l’histoire du sujet. Équipement et processus unitaires sont décrits en détail et la distillation a été utilisée à grande échelle. Les industries de la distillation comprenaient l’eau de rose et les parfums, les huiles (pour les savons) et les graisses, et le pétrole.

Les descriptions de la préparation des acides minéraux figurent dans les écrits de Jabir ibn Hayyan, d’Al-Razi et d’autres auteurs. De tels écrits informent sur l’acide nitrique, l’eau régale et les acides sulfuriques et chlorhydriques. Les alcalis étaient très demandés pour la fabrication du verre, des glaçures et du savon ; le savon qui était un autre produit de l’industrie chimique, le savon dur étant d’abord fabriqué dans les pays islamiques, notamment en Égypte, pour leurs propriétés hygiéniques (aussi la propreté et le bain étant des exigences religieuses).

En 1759, Din Muhammad, un officier musulman indien ouvrit un bain public dans lequel il offrait ce qu’il appelait « le bain de vapeur médicamenté indien » (des herbes médicinales indiennes étaient ajoutées à la vapeur) et « Shampooing with Indian Oils ». La carrière de Muhammad a culminé lorsqu’il a traité le roi George IV et le roi Guillaume IV et a reçu des mandats de nomination en tant que « chirurgien shampoing » de leur majesté.

Publicité
Publicité

L’arc dans l’architecture

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -
Gilles Letang/Flickr

L’arc brisé, caractéristique des cathédrales gothiques d’Europe, était une invention empruntée à l’architecture islamique. C’était beaucoup plus solide que l’arc arrondi utilisé par les Romains et les Normands, permettant ainsi la construction de bâtiments plus grands, plus hauts, plus complexes.

Parmi les autres emprunts au génie musulman, citons la voûte d’ogives, les rosaces et les techniques de construction de dômes. Les châteaux d’Europe ont aussi été adaptés pour copier le monde islamique — avec des fentes de flèche, des remparts, une barbacane et des parapets. Les tours carrées et les donjons ont cédé la place à des tours plus faciles à défendre. L’architecte du château d’Henri V était un musulman.

DO-RE-MI

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -

Publicité
Publicité

Il existe une théorie des origines arabes pour la solmisation, le système qui utilise le solfège. Celle-ci apparaît comme une note de bas de page — voire pas du tout — dans les sources musicologiques. Et, reconnaître son existence lorsqu’on discute la provenance du solfège est faire un pas en avant vers l’honnêteté intellectuelle.

Nous n’avons pas toutes les réponses, mais ce n’est rien, car la théorie est parallèle à quelque chose que nous connaissons déjà ; la culture européenne tire des aspects importants de sources non européennes.

En 1780, le compositeur et écrivain français Jean-Benjamin de La Borde publia son essai sur l’histoire de la musique ancienne et moderne, se basant sur les travaux de son prédécesseur Francisci a Mesgnien Meninski.

Publicité

Contrairement à beaucoup d’autres auteurs, il a traité de manière approfondie la musique d’outre-mer et a même suggéré que certaines figures de celle-ci avaient des parallèles étranges : « Nous serons sans aucun doute étonnés de trouver la similitude entre la gamme arabe et la gamme italienne (de Guido d’ Arezzo). La ressemblance est si frappante qu’il faut le voir pour le croire. » écrit-il.

La Borde n’a pas manqué d’inclure un tableau de comparaison (ci-dessous) pour ses lecteurs sceptiques, attirant l’attention sur les similitudes entre les syllabes.

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -

Publicité

 

La gamme, faisant référence à une gamme de notes, nous montre la solmisation attribuée à Guido d’ Arezzo, un moine bénédictin italien. À la droite de la table faite par La Borde, le lecteur européen peut voir des syllabes de solfège familières de la gamme (do [ou ut] — re-mi-fa-sol-la-ti [ou si]).

Beaucoup de questions se posent depuis des siècles maintenant : Guido d’ Arezzo devrait-il obtenir les droits de création pour ce système ? Ou s’agit-il là d’une méthode qu’il aurait simplement découverte durant l’un de ses voyages ? En aurait-il profité pour être le premier Européen à la conserver par écrit ? Nous ne le saurons peut-être jamais.

Le matelassage

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -
Luke Glynn/Flickr

Le matelassage consiste à coudre ou à nouer deux couches de tissu avec une couche de matériau isolant entre les deux. On ignore si la technique a été inventée dans le monde musulman ou importé d’Inde ou de Chine. Mais elle est certainement arrivée de l’ouest via les Croisés. Ils l’ont remarqué chez les guerriers sarrasins, qui portaient des chemises en toile matelassée remplie de paille au lieu d’une armure.

Publicité

En plus d’être une forme de protection, elle s’est révélée être une protection efficace contre le frottement de l’armure métallique des Croisés et une isolation efficace, à tel point qu’elle est devenue une industrie artisanale dans des climats plus froids tels que la Grande-Bretagne et la Hollande.

Les échecs

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -
Karpidis/Flickr

Une forme d’échecs était pratiquée dans l’Inde ancienne, mais le jeu prenait la forme que nous connaissons aujourd’hui en Perse. De là, il s’est répandu vers l’ouest jusqu’en Europe — où il a été introduit par les Maures en Espagne au 10e siècle — et vers l’est jusqu’au Japon. Le mot « tour » (pièce du jeu d’échecs) vient du rukh persan, qui signifie « char ».

La tapisserie

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -
IKEA Canada/Flickr

Les musulmans du Moyen-Âge considéraient les tapis comme faisant partie du paradis, grâce à leurs techniques de tissage avancées, à de nouvelles teintures issues de la chimie islamique et à un sens très développé des motifs et des arabesques qui constituaient la base de l’art non représentatif de l’islam.

En revanche, les sols de l’Europe étaient nettement terrestres, pour ne pas dire terreux, jusqu’à l’introduction des tapis arabes et persans. En Angleterre, comme le rapporte Érasme de Rotterdam, les sols étaient « couverts de joncs, souvent rénovés, mais si imparfaitement que la couche inférieure est laissée intacte, parfois pendant 20 ans, hébergeant expectorations, vomissements, fuites de chiens et d’hommes, fientes de bière, restes de poisson, et autres abominations ne sont pas dignes de mention ». Sans surprise, les tapis ont vite fait leur chemin.

Les instruments chirurgicaux

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -
Stanford EdTech/Flickr

De nombreux instruments chirurgicaux modernes ont exactement le même design que ceux conçus au 10e siècle par un chirurgien musulman appelé Abu Al-Qasim al-Zahrawi. Ses scalpels, ses scies à os, ses pinces, ses ciseaux fins pour la chirurgie des yeux et bon nombre des 200 instruments qu’il a conçus sont reconnaissables aux chirurgiens modernes.

C’est aussi al-Zahrawi qui a découvert que le catgut utilisé pour les points de suture internes se dissout naturellement (trouvaille qu’il avait faite lorsque son singe avait mangé ses cordes de luth) et qu’il pouvait également être utilisé pour la fabrication de capsules de médicaments.

Au 13e siècle, un autre médecin musulman, connu sous le nom d’Ibn Nafis, a décrit la circulation du sang, 300 ans avant que William Harvey ne le fasse. Les médecins musulmans ont aussi inventé les anesthésiques des mélanges d’opium et d’alcool et mis au point des aiguilles creuses pour aspirer la cataracte des yeux selon une technique encore utilisée de nos jours.

La sélection naturelle

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -
Siyavula Education/Flickr

Bien qu’Al Nazzam ait été le premier à s’intéresser au domaine de la biologie dans l’histoire de la science, la théorie de l’évolution a été présentée pour la première fois — sous sa forme complète — par le plus grand des zoologistes musulmans, le naturaliste et philosophe Al-Jahiz (en arabe الجاحظ), de son vrai nom Abu Uthmân Amrû ibn Baḥr Mahbûb al-Kinânî al-Laithî al-Baṣrî, qui a vécu de 776 à 868 APR. J.-C. en Iraq, son pays natal.

Dans l’un de ses livres les plus importants, le « Livre des Animaux » ou « Kitāb al-hayawān », il dresse une anthologie animalière où est évoquée une évolution articulée selon trois mécanismes principaux : la lutte pour l’existence, la transformation d’espèces vivantes et l’influence de l’environnement naturel. Il marque ainsi l’unité de la nature et les rapports entre divers groupes d’êtres vivants. Chose qui a inspiré beaucoup de penseurs par la suite, des musulmans et des européens, dont Ali ibn Abbas al-Majusi ou Nasir ad-Din at-Tusi. Le premier (Ali) ayant expliqué l’origine des espèces par la voie de la sélection naturelle 9 siècles avant C. Darwin.

En outre, Al-Jahiz écrit plus de 200 livres sur des sujets aussi divers que la grammaire de l’arabe, la zoologie et l’élevage des animaux, la poésie, la lexicographie et la rhétorique, dont seuls 30 existent encore.

Étrangement, l’un des califes de Bagdad entendu parlé de lui après son déménagement. Il envisagea de faire de lui le tuteur de ses enfants, mais changea d’avis, effrayé par ses « yeux protubérants » (جاحظ العينين, jâḥz al-ʿaînîn) qui lui valent son surnom…

Le sténopé

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -
John Erik Taylor/Flickr

Les anciens Grecs pensaient que nos yeux émettaient des rayons, comme un laser, ce qui nous permettait de voir. Le mathématicien, astronome et physicien musulman du 10e siècle, Ibn al-Haitham, a été le premier à se rendre compte que la lumière pénètre dans l’œil plutôt que de le quitter.

Il a inventé le premier appareil photo, dit sténopé, après avoir remarqué la façon dont la lumière passait par un trou dans les volets de la fenêtre. Plus le trou était petit, meilleure était la qualité de l’image, et il préparait la première « Camera Obscura “(du mot arabe qamara pour une pièce sombre ou privée).

On lui attribue également le premier homme à faire passer la physique d’une activité philosophique à une activité expérimentale.

La machine volante

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -
Boy_Wonder/Flickr

L’historien algérien Ahmed Mohammed Al-Maqqari a écrit vers le 15e siècle : ‘… Parmi d’autres expériences très curieuses qu’il a faites, l’une est son essai de voler. Il se couvrit de plumes, attacha deux ailes à son corps et, s’élevant, se jeta dans les airs, quand, d’après le témoignage de plusieurs écrivains de confiance qui assistèrent à la représentation, il vola sur une distance considérable, comme s’il avait été un oiseau, mais en atterrissant à l’endroit d’où il avait commencé, son dos était très endommagé, ne sachant pas que les oiseaux atterrissent sur leurs queues, il a oublié de s’en fournir d’une.’

Ce passage décrit Abbas ibn Firnas (en arabe : عباس بن فرناس), un médecin et un inventeur d’origine berbère, qui a conçu entre autres ce qu’il a appelé ‘al-Maqata’ qui est une horloge à eau, des planisphères ainsi que des verres correcteurs. Il vécut entre 810 et 887 et comme vous l’aurez compris, l’un de ses rêves n’était autre que de pouvoir voler.

On dit qu’al-Maqqari a utilisé dans ses travaux d’histoire ‘beaucoup de sources anciennes n’existant plus’, mais dans le cas de Firnas, il ne cite pas ses sources pour les détails du fameux vol, bien qu’il réclame qu’un verset dans un poème arabe du 11e siècle est en fait une allusion au vol de Firnas.

Le poème a été écrit par Mu’min ibn Said, un poète de la cour de Cordoue sous Muhammad Ier (parti en 886), qui le connaissait, et généralement critique d’Ibn Firnas. Le verset pertinent fait savoir : ‘Il a volé plus vite que le phénix dans son vol quand il a habillé son corps dans les plumes d’un vautour’.

Il a été suggéré que la tentative de vol plané d’Ibn Firnas aurait pu inspirer celle d’Eilmer de Malmesbury entre 1000 et 1010 en Angleterre10, mais il n’y a aucune preuve justifiant cette hypothèse.

Finalement, qui faut-il remercier ? Leonard da Vinci, les frères Orvillle et Wilbur Wright ou bien Abbas ibn Firnas ?

La boisson spiritueuse

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -
Rachel/lickr

Les boissons alcoolisées préparées avec du miel fourragé ont précédé l’agriculture, et les brasseries et les établissements vinicoles remontent plus loin que 4000 av. J.-C.

Mais toutes ces boissons à la fois anciennes et familières sont assez peu probantes. Au cours de l’histoire humaine, la distillation des alcools durs — du brandy à l’ouzo en passant par le soju — est un développement étonnamment récent ; des spécialistes ont mis au point l’invention de la technologie de distillation avancée à l’apogée de l’âge d’or islamique, qui a débuté au 8e siècle. Cette influence sur la distillation de l’alcool est si forte qu’elle persiste dans la langue anglaise, à travers le mot arabe ‘al-cohol’.

Avant l’âge d’or islamique, dans le monde entier, les gens utilisaient des méthodes de distillation brutes, comme pour le fait de laisser l’alcool au froid et boire ce qui ne gèlerait pas. Et les principes de base de la distillation étaient connus des anciens érudits grecs et égyptiens, y compris Aristote. Mais les racines de la technologie de distillation moderne commencèrent avec l’alchimiste persan semi-mythique Abu Musa Jabir ibn Hayyan (en arabe : جابر بن حیان)

Né vers l’an 721 de notre ère dans l’Iran actuel, il vivait principalement à Koufa, dans l’Iraq d’aujourd’hui. C’était une période tumultueuse et la fortune de Jabir s’est accrue et est tombée sous le règne de la dynastie des Abbassides.

Il a fait ses débuts tôt, en tant que fils d’un ‘chimiste pharmaceutique’. Son père a été condamné et exécuté pour avoir soutenu la montée au pouvoir de la famille abbasside. Mais les Abbassides ont vite triomphé et Jabir a servi d’alchimiste à la cour du calife Harun Al-Rashid.

De nombreuses méthodes et classifications de Jabir sont encore utilisées de nos jours. Il était particulièrement en avance sur son temps pour ses recherches sur les acides et les alcalis, ce dernier étant un autre mot qu’il a inventé.

Surnommé ‘le père de la chimie’ et ‘le père de l’alchimie’, il est devenu si connu que les historiens estiment que de nombreuses personnes ont écrit sous son nom sur divers sujets. La réalisation la plus importante de ‘Geber’ reste enfin l’alambic.

Le café ou qahwa

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -
Waferboard/Flickr

On raconte qu’un arabe nommé Khalid élevait ses chèvres dans la région de Kaffa, dans le sud de l’Éthiopie, lorsqu’il s’aperçut que ses animaux devenaient plus vivants après avoir mangé une certaine baie.

Il a fait bouillir les baies pour faire le premier café. La première mention de cette boisson concerne des haricots exportés d’Éthiopie vers le Yémen, où les soufis l’ont bu pour rester éveillés toute la nuit et prier à des occasions spéciales.

À la fin du 15e siècle, il arriva à La Mecque et à en Turquie d’où il se rendit à Venise en 1645. Il fut introduit en Angleterre en 1650 par un Turc nommé Pasqua Rosee qui ouvrit le premier café de Lombard Street à Londres. Le qahwa arabe est devenu le kahve turc, puis le café italien et le café anglais.

La figure de la Terre

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -
Whatsername/Flickr

Au 9e siècle, de nombreux érudits musulmans ont pris pour ‘acquis’ le fait que la Terre soit une sphère. La preuve, a déclaré l’astronome et théologien Ibn al-Hazm, ‘est que le Soleil est toujours vertical par rapport à un endroit particulier de la Terre’.

C’était 500 ans avant que Galileo se rende compte de cette prise de conscience. Les calculs des astronomes musulmans étaient si précis qu’au 9e siècle, ils estimaient que la circonférence de la Terre était de 40 253,4 km, soit moins de 200 km. Le savant Charif al-Idrisi a amené un globe terrestre représentant le monde à la cour du roi Roger de Sicile en 1139.

L’Université

15 choses que vous ne saviez pas que l'islam a inventé - sciences-et-technologies, histoire, education -
Nigel Harris/Flickr

Si l’on avait à demander à quelqu’un de nommer la plus ancienne, ou plutôt, la toute première université fondée et construite dans le monde entier, les chances sont que ce dernier réponde ‘Cambridge’ ou ‘Oxford’. Certes, il serait faux de le croire.

L’Université d’Al-Karaouine, également connue sous les noms d’al-Quaraouiyine et d’al-Qarawiyyin (en arabe : جامعة القرويين), est considérée par le Guinness World Records comme la plus ancienne université qui octroie des diplômes et fonctionne sans interruption. Vous la trouverez nichée dans les ruelles sinueuses de Fès el-Bali, au Maroc, l’une des plus anciennes villes vivantes du monde.

En 859, Fatima al-Fihriya, surnommée ‘Oum al Banine’ a décidé de financer – avec l’héritage colossal que son père, un riche marchand lui a laissé, en plus de sa sœur – la construction d’une mosquée pour sa communauté avec une école associée, appelée ‘madrasa’.

Son intention était de redonner (…) à sa ville qui l’avait accueilli elle et sa famille. En effet, ils avaient immigré quand elle était jeune de la ville tunisienne de Kairouan (homonyme de la mosquée et de l’université).

L’édifice musulman était le point focal initial ; avec assez de place pour 22 000 fidèles. Il reste jusqu’à présent le plus grand d’Afrique, que femmes et hommes peuvent fréquenter.

Au fil des siècles, l’Université est devenue un centre spirituel et éducatif essentiel. Au début, la madrasa était axée sur l’instruction religieuse et la mémorisation du Coran, mais s’est ensuite étendue à la grammaire arabe, à la musique, au soufisme, à la médecine et à l’astronomie.

Cependant, ce n’est qu’en 1947 que l’école est intégrée au système éducatif public ; en 1957, la physique, la chimie et les langues étrangères ont été introduites ; en 1963, elle a rejoint le système universitaire d’État moderne ; et en 1965, elle a été officiellement rebaptisée ‘Université d’al-Karaouine’ plutôt que simplement ‘al-Karaouine’.

Une promenade sur les lieux vous permettra d’admirer le design à la fois simple et prodigieux de l’institution, orné d’art andalou bordé de calligraphie coufique. La bibliothèque universitaire abrite de nombreux manuscrits précieux, notamment des copies historiques du Coran.


Partagez l'article

Publicité

Send this to a friend