Avec tous les produits que nous rencontrons par milliers dans les supermarchés, plus personne ne se demande vraiment d’où ils proviennent, ou même comment ils ont été créés.

Publicité

Normal, l’être humain n’a plus le temps de se poser trop de questions sur son alimentation, du moins, en dehors des tendances qui font exploser les réseaux sociaux ces dernières années.

Mais il faut croire que pour certains aliments que nous connaissons tous qui plus est, il est rare de tomber sur une conversation qui retrace leur histoire, car très peu de gens auraient été curieux en premier lieu. Retour sur des produits alimentaires qui ont été découverts purement par erreur…

Publicité

1. Les chips de pommes de terre

Valeria Boltneva/Pexels

En 1853, George Speck, plus connu sous le nom de George Crum, un chef afro-américain du Moon Lake Lodge Resort situé à Saratoga Springs, dans l’État de New York, a inventé les chips de pommes de terre, l’un des mets les plus célèbres au monde.

L’histoire raconte que cet homme, anciennement chasseur, était devenu célèbre grâce à ses frites.

Un jour, un client quelque peu grincheux s’est plaint que celles-ci, préparées par George, étaient trop épaisses et détrempées. Bien que le chef ait préparé un nouveau lot de frites, plus fines cette fois, le client n’a pas été satisfait.

Publicité

Après en avoir eu assez, le chef s’est finalement mis à couper des frites encore plus minces, de sorte qu’elles ne puissent pas être mangées avec une fourchette, dans l’espoir d’ennuyer ce client extrêmement difficile. Cependant, ce dernier a été agréablement surpris et a adoré la nouvelle préparation de George.

Les chips s’appelaient à l’origine « chips Saratoga », et ce n’est que plus tard qu’on les a appelés « chips » tout simplement. Elles étaient emballées et vendues dans le monde entier sans que personne ne reconnaisse leur provenance, car à l’époque, il était interdit aux Afro-Américains de demander un brevet.

2. Les cookies aux pépites de chocolats

Mooss/Pixabay

Ces biscuits dont grands et petits raffolent, ont été inventées par la boulangère Ruth Graves Wakefield, en 1930, pendant qu’elle expérimentait une nouvelle recette, dans son auberge Toll House Inn à Boston, car elle avait épuisé sa réserve de chocolat pâtissier.

Publicité

Pour compenser l’ingrédient manquant, elle a dû le remplacer par des tablettes de chocolat mi-sucré de Nestlé, qu’elle avait pris soin de bien hacher, puis d’ajouter à sa pâte. À sa grande surprise, le chocolat n’a pas fondu pendant la cuisson. Les miettes se sont alors ramollies et ont donné lieu à la découverte accidentelle du cookie aux pépites de chocolat que nous connaissons aujourd’hui.

Lorsque cette trouvaille sucrée a commencé à gagner en popularité parmi sa clientèle, la vente des tablettes de chocolat semi-sucré de Nestlé a augmenté, ce qui a attiré l’attention sur elle. Suite à un accord commercial, Ruth a fini par vendre la recette à Andrew Nestlé de la Nestlé Chocolate Company. Ce pour quoi elle avait droit à un approvisionnement à vie de leurs produits. C’est ainsi que la maison suisse a commencé à imprimer la recette du « Toll House Cookie » sur ses sacs de pépites de chocolat.

Le 9 juillet 1997, pour rendre hommage à la création du cookie, l’État du Massachusetts a désigné le cookie aux pépites de chocolat comme étant « le cookie officiel de l’État ».

Publicité

Le biscuit de renommée mondiale est souvent considéré comme un aliment réconfortant quand il est accompagné d’un verre de lait frais. En plus, les particules de graisse se trouvant dans ce dernier rehaussent le goût du sucre dans les cookies et leur donnent une texture plus lisse et plus agréable.

3. Les nachos

Jeffreyw/Flickr

Les nachos ont pour origine la ville de Piedras Negras, à Coahuila, au Mexique, tout juste de l’autre côté de la frontière entre Eagle Pass et le Texas.

On relate qu’en 1943, les épouses de soldats américains en poste à Fort Duncan, à Eagle Pass, se trouvaient à Piedras Negras lors d’une sortie de shopping quand elles arrivèrent au restaurant du Victory Club alors qu’il était sur le point de fermer. La journée était longue, et elles étaient affamées. Elles ont alors insisté pour manger ne serait-ce qu’un peu avant de reprendre la route.

Publicité

Le maître d’hôtel qui les a accueillis, Ignacio Nacho Anaya, leur a créé un nouveau casse-croûte avec le peu de nourriture qu’il restait dans la cuisine ; des tortillas et du fromage.

Anaya a coupé les tortillas en triangles, les a frites, a ajouté du fromage cheddar qu’il avait râpé, les a rapidement chauffées dans le four, et a décoré le tout avec des morceaux de piments jalapeños, marinés et tranchés, pour enfin servir.

Le plat a été un succès auprès des femmes et est devenu populaire dans tout le pays. Et pour honorer son inventeur, le 21 octobre a été proclamé « Journée internationale du nacho ».

Publicité

4. Le sucralose

Mike Mozart/Flickr

L’édulcorant artificiel est né suite à une découverte faite accidentellement par des chercheurs du Tate & Lyle et du Queen Elizabeth College de l’Université de Londres.

En 1976, la société de sucre britannique Tate & Lyle explorait de nouvelles manières de mélanger le sucre avec des produits chimiques de laboratoire. La recherche a été effectuée en collaboration avec le laboratoire du Professeur Leslie Hough au Queen’s College qui a halogéné les sucres et a demandé à ce que des « testeurs » viennent expérimenter le composé.

Cependant, un étudiant étranger fraîchement diplômé, Shashikant Phadnis, a mal interprété la demande de Leslie. Il a échantillonné le composé à base de sucre et a constaté qu’il était 300 fois plus sucré que le sucre lui-même.

Publicité

Ce n’était plus qu’une question de temps avant que le reste du monde n’apprenne de l’existence de ce nouvel aliment. Le Canada est devenu le premier pays à avoir approuvé l’utilisation de Splenda — la première marque commercialisant l’édulcorant — en 1991.

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis n’a accordé l’autorisation de mise sur le marché américain qu’en 1998.

5. Les cornets de glace

Picryl

Avant l’invention des cornets, la glace était servie dans des bols en verre et des gobelets en papier.

Publicité

Le premier cornet de crème glacée a été créé et vendu en 1896 par l’émigré Italo Marchiony à New York, aux États-Unis. Mais ce n’est qu’en 1903 qu’il obtiendra un brevet du gouvernement.

En 1904, Ernest A. Hamwi, un concessionnaire syrien, a présenté indépendamment une pâtisserie ressemblant à une gaufre qu’il appelait « Zalabis », sur un stand à côté d’un marchand de glaces, à la Foire internationale de Saint-Louis.

D’après ce qu’on racontait, le vendeur de crème glacée n’avait plus de vaisselle en papier et Hamwi lui proposa son aide en faisant rouler ses gaufres de façon à ce qu’elles prennent la forme d’un cône.

Publicité

La crème glacée servie sur le cornet croustillant a été un succès parmi la foule, et de nombreux commerçants ont commencé à en vendre eux aussi.

Ernest Hamwi fonda la société Missouri Cone Company et commença à produire et à distribuer des cornets à divers vendeurs à travers le pays.

En 1924, la production de cônes atteignit un sommet sans précédent en créant des ventes records de 245 millions de dollars. À mesure que la technologie s’améliore, les machines modernes sont capables de produire environ 150 000 cônes par jour.

Publicité

6. Le Yaourt

FoodCraftLab/Flickr

La crème qu’est le yaourt a été découverte de manière totalement fortuite en conséquence à un stockage de lait par des méthodes primitives, dans les régions tropicales.

Le mot « yaourt » est dérivé de la langue turque. Il a été découvert par les peuples néolithiques de l’Asie centrale. Des gardiens de troupeaux avaient laissé du lait dans des récipients de transport constitués d’estomacs d’animaux. Naturellement, ceux-ci contenaient des enzymes, et ces dernières ont permis l’activation — par les températures chaudes — du système de caillage du lait. En résultait une consistance épaisse et crémeuse.

Les gens ont préféré le yogourt en raison de son goût amélioré, de sa texture et de sa durée de conservation qui est plus longue. Il est écrit dans l’histoire que Gengis Khan, le fondateur de l’empire mongol, et son armée prospérèrent grâce à cet aliment qu’ils consommaient lors de leurs invasions pour prévenir les infections de l’estomac.

Les avantages qu’ont les yaourts sur notre organisme ont dès lors commencé à se répandre et ils ont rapidement été mis sur le marché. Ils ont été produits à grande échelle par Isaac Carasso en 1919, à Barcelone sous la célèbre firme Danone. Il faut savoir que la société a joué un rôle clé dans la vulgarisation du yaourt aux États-Unis.

En outre, de nombreuses marques ont profité de cette tendance en proposant des produits aux formes variées, telles que des yaourts aux fruits, des yaourts à la saveur de fruits et des yaourts glacés.

7. Le thé

Appledeng/Pixabay

Ce breuvage miraculeux nous vient de la Chine ancienne. C’est au légendaire empereur Shennong, également inventeur de l’agriculture et de la médecine chinoise que l’on doit cette trouvaille.

Vers 2737 avant notre ère, le souverain était en train de faire bouillir une casserole d’eau potable lorsque quelques feuilles d’un arbre voisin ont été emportées par le vent qui soufflait, pour atterrir dans le récipient. Les feuilles ont non seulement changé la couleur de l’eau, mais elles ont également changé son goût. L’empereur a été époustouflé par ce dernier et par sa propriété réparatrice et l’a donc recommandé à ses sujets.

Le thé était considéré comme une boisson médicinale sous la dynastie Shang dans la région du Yunnan. La boisson trouve sa place dans le texte médical écrit par Hua Tuo, un médecin chinois qui vécut au 3e siècle de notre ère.

La concoction fait fureur en Chine à la fin du 8e siècle. Un écrivain appelé Lu Yu a écrit un premier livre entièrement dédié à l’eau sacrée, le Ch’a Ching ou le thé classique. C’est alors que les Chinois ont commencé à échanger leur produit prisé vers d’autres pays via la « Route de la Soie » en Inde.

Au 17e siècle, la Britannique East India Company a introduit le thé en Inde, en Grande-Bretagne et en Europe afin de briser le monopole commercial que détient la Chine.

8. La glace à eau

Donald Tong/Pexels

De l’anglais « popsicle », ce dessert que nous avons tous dégusté au moins une fois étant enfants ne laisse personne indifférent, même aujourd’hui.

À l’origine, il a été nommé « Eppsicle » en hommage à Frank Epperson, son fondateur alors âgé de 11 ans seulement. En 1905, il avait oublié sa tasse remplie d’eau qu’il mélangeait à du soda en poudre avec un bâtonnet sous son porche, lorsque les basses températures ont fait geler la préparation, donnant naissance au fameux goûter glacé, ou devrions-nous dire « Eppsicle ».

En 1922, Frank, enthousiasmé, a présenté son invention lors d’un bal tenu pour le personnel des pompiers de San Francisco, et les « Eppsicles » ont été vendus en un tournemain…

Plus tard, en 1923, il a commencé à vendre des boissons gazeuses glacées au public de Neptune Beach, un parc d’attractions situé à Alameda, en Californie. Peu de temps après, il a déposé une demande de brevet pour de « la glace congelée sur un bâton » appelée « Epsicle Ice Pop ». Ses enfants l’ont ensuite persuadé de la changer en « Popsicle ». Il s’est associé à la firme Joe Lowe de New York pour distribuer les délicieux mets dans tout le pays.

Le géant de l’alimentation Unilever a acquis la marque Popsicle en 1989, l’élargissant au-delà de ses arômes fruités d’origine. Au fil des ans, le Popsicle a atteint un statut iconique de friandise estivale gelée.

9. Le café

Quinn Dombrowski/Flickr

Personne ne sait exactement quand et comment le café a été découvert, bien qu’il existe de nombreuses légendes sur son origine.

Cette boisson de renommée mondiale aurait vu le jour dans les forêts de café sur le plateau éthiopien. Et c’est Kaldi, un berger de la région, qui a trouvé les grains, naguère décrits comme magiques.

Un bon jour, il a remarqué que ses chèvres étaient hyperactives et refusaient de dormir après avoir consommé certaines baies. C’est alors qu’il a décidé d’en goûter quelques-unes lui-même. Étonnement, il a ressenti les mêmes symptômes. Il a de ce fait rapporté sa découverte au voyant d’un monastère local.

Les moines ont préparé un mélange à base de ces baies et ont constaté que cela les maintenait vigilants pendant de longues heures de prière. Bientôt, l’information commença à se répandre sur ces grains aux pouvoirs inhabituels, ce qui a amené les propriétaires de plantations de la péninsule arabique à commencer la cultivation du café.

Vers le 16e siècle, le café s’impose en Perse, en Égypte, en Syrie et en Turquie. Il a ensuite fait son entrée en Europe, transporté par les voyageurs au 17e siècle.

Le breuvage a été surnommée « l’invention amère de Satan » par le peuple et le clergé local de Venise. La controverse autour de la boisson a atteint un tel point que le pape Clément VII a dû intervenir. Il a goûté le brasser lui-même et lui a accordé une « approbation papale » après avoir apprécié son goût.

Le café a petit à petit commencé à remplacer les boissons traditionnelles du petit-déjeuner telles que le vin et la bière. Les gens le préféraient, car il leur attribuait ce sentiment d’alerte.

Au 18e siècle, le café était devenu l’une des cultures d’exportation les plus rentables au monde. En effet, c’est le produit le plus recherché après le pétrole brut.

10. La bière

ThorstenF/Pixabay

Datant du 5e millénaire avant notre ère et venant d’Iran, la bière est considérée comme l’une des boissons les plus anciennes au monde. Elle trouve, entre autres, une place de choix dans l’histoire de l’Égypte ancienne et de la Mésopotamie et s’étend à travers le monde.
L’homme égyptien ancien a documenté le processus de brassage sur des rouleaux de papyrus autour de 5 000 av. J.-C. lorsque la bière était utilisée lors de cérémonies religieuses. Évidemment, le pharaon a joué un rôle déterminant dans la planification du programme de brassage et sa distribution aux masses.

Les Mésopotamiens sont considérés comme les pionniers du brassage. Ils ont laissé derrière eux des restes d’orge maltée et des bols contenant de la bière comme résidu. Les historiens ont déterminé que ce dernier n’était autre que ce qui restait d’une bouillie de céréales. Celle-ci avait été fermentée naturellement avec de la levure sauvage trouvée dans l’air. L’infusion a conféré au consommateur un effet intoxicant, et le processus a été répété, donnant lieu au processus d’infusion.

La bière moderne est née au début du Moyen ge avec comme source principale l’orge maltée. Aujourd’hui, l’industrie brassicole est une entreprise mondiale regroupant plusieurs sociétés multinationales et de plus petites brasseries proposant des spécialités régionales.

Plus de 133 milliards de litres de bière sont vendus chaque année et ensemble, ils rapportent un revenu qui dépasse les 294,5 milliards de dollars.


Partagez l'article

Publicité
>