Un géologue a soudainement perdu la faculté de voir les chiffres compris entre 2 et 9, suite à une blessure neurologique. Que s’est-il passé ? Comment en est-il arrivé à ce stade ? Et surtout comment y remédier ? Ces questions et tant d’autres ont intrigué les scientifiques, qui ont mené une enquête minutieuse pour déterminer les tenants et les aboutissants de ce handicap.

Publicité

Le paradoxe, selon Michael McCloskey, spécialiste des sciences cognitives de l’Université Johns Hopkins, c’est que cet ingénieur pouvait encore percevoir les lettres, les symboles, ainsi que le 0 et le 1. Par ailleurs, son cerveau est censé comprendre la nature du chiffre avant même de l’assimiler en tant que tel.

Le patient atteint du syndrome corticobasal, qui est une maladie très rare, due à l’endommagement du cortex et des noyaux gris centraux du cerveau, portait le nom de RFS dans cette étude.

Les symptômes courants de cette infection sont les troubles de la mémoire, des spasmes musculaires et des problèmes de mouvement des membres inférieurs.

Cependant, RFS avait en plus du mal à reconnaître ou à reconstituer la majorité des anciens chiffres arabes classiques.

En effet, sur la vidéo faite par les auteurs de l’article, on peut voir clairement qu’au lieu de reproduire un « 8 » orange, RFS se contente de dessiner des formes qui ressemblent à des spaghettis sur un fond de la couleur du chiffre qu’on lui a demandé de copier.

Soumis à un autre test, le géologue parvenait aisément à voir les images en lettres équivalentes, mais il était incapable de voir les figures placées à l’intérieur des chiffres. Les médecins en sont donc arrivés à la conclusion que cet homme présentait des signes d’anomalie perceptuelle.

On aurait pu penser que ce déficit était psychiatrique, psychogène ou fonctionnel, et non une altération du processus cognitif, mais l’équipe a vite écarté cette hypothèse, également infirmée par le psychiatre qui suivait ce même cas.

RFS n’a pas pu nommer l’objet incorporé dans ce 6, mais avait eu juste pour les essais G. Sur 60 essais, RFS était correct à 0 % lorsque les figures étaient incorporées dans les chiffres compris entre 2 à 9, et à 100 % lorsqu’elles étaient incorporées dans une lettre ou un chiffre 0 ou 1.
Schubert, Rothlein et al., PNAS, 2020

Pour permettre à RFS de mener à bien sa carrière, on lui a créé un système de numérotation de substitution qui lui a servi pendant les quelques années qui ont précédé sa retraite. Mais il a fallu une électroencéphalographie pour que les spécialistes comprennent enfin de quoi il en retournait.

Publicité

L’analyse a révélé qu’en regardant un nombre avec une forme à l’intérieur, le cerveau de RFS pouvait parfaitement l’identifier même si lui en était incapable. C’est également ce qu’a affirmé Teresa Schubert, de l’Université de Harvard.

Ce qu’il faut savoir, c’est que la conscience visuelle est supposée être causée par l’activité neuronale observée sur l’EEG. Or, la présente étude met l’accent sur la nécessité d’une thérapie supplémentaire.


Partagez l'article

>