Parmi les success-stories les plus impressionnantes du 21e siècle, celle d’Elon Musk occupe une place de choix. Le natif de Pretoria, naturalisé américain en 2002, a rapidement gravi les échelons pour devenir aujourd’hui l’un des hommes les plus influents et les plus riches de la planète. Ses multiples réalisations au sein des entreprises Tesla, SpaceX ou SolarCity ont fait de lui un leader incontesté dans le domaine des nouvelles technologies et de l’innovation. Musk ne le cache pas, il a la ferme intention de changer le monde et l’humanité. Et c’est le moins que l’on puisse dire quand on découvre le nouveau projet de sa société spécialisée dans la neurotechnologie, Neuralink.

Publicité
Publicité

Une idée révolutionnaire

Cent-millions de dollars. C’est le montant qu’a injecté Musk dans cette entreprise fondée en 2016, rapporte le New York Times. Ce qui lui a permis entre autres d’engager quelques-uns des neuroscientifiques les plus réputés du globe, ces derniers travaillant en synergie au sein du laboratoire de la compagnie basée à l’Université de Californie à Davis.

Il a annoncé que Neuralink travaillait sur l’élaboration d’un système qui permettrait l’implantation d’une micropuce dans le cerveau humain. Cette interface cerveau-machine donnerait la capacité aux individus consentants d’atteindre une symbiose avec l’intelligence artificielle.

Publicité

« Nous avons bon espoir sur la réalisation de ce projet chez un patient humain avant la fin de l’année prochaine (2020) », a déclaré Musk au cours d’une conférence de presse durant laquelle il est revenu sur l’évolution du système. « Ce n’est donc plus très loin. »

Ces minuscules puces, dont les dimensions ne dépasseraient pas les 4 mm sur 4 mm, auraient pour objectif de stimuler les neurones à l’aide de toutes petites électrodes flexibles.

Publicité
Publicité
Pourquoi Elon Musk veut implanter des puces dans le cerveau des gens dès l’année prochaine - sciences-et-technologies, sante-et-medecine, insolite - The New York Times, Tesla (entreprise), Synergie, SpaceX, SolarCity, Pretoria, Nouvelles technologies, Neurotechnologie, neurosciences, Neurone, Micromètre, Lasik, Internet, Interface neuronale directe, Intelligence Artificielle, Innovation, informatique, Individu, humanité, Homo sapiens, États-Unis, Elon Musk, Électrode, Circuit intégré, cerveau
Neuralink

Encore tout à prouver

Musk affirme que chaque fil d’électrode serait introduit par l’intermédiaire d’un robot de précision dans une intervention sans risque et sans douleur, ressemblant à la chirurgie au LASIK. « Ce n’est pas comme une chirurgie majeure, cela pourrait plutôt être comparé à un type de LASIK », a-t-il rassuré.

Cette invention pourrait devenir un outil incontournable dans la prise en charge de certaines pathologies cérébrales comme la maladie d’Alzheimer ou la maladie de Parkinson, elle œuvrerait à la préservation et l’amélioration des fonctions du cerveau.

Les puces Neuralink auraient ainsi une efficacité 1 000 fois supérieure aux autres systèmes utilisant des électrodes. Toutefois, Musk a reconnu que cette technologie révolutionnaire mettrait du temps avant d’être validée par la Food and Drug Administration.

Tandis que certains louent les tentatives du milliardaire américain de créer une interface cerveau-ordinateur révolutionnaire, les experts restent perplexes sur la faisabilité du projet.

Publicité
Publicité

Pour Philipp Heiler, médecin fondateur de Neurofeedback Neuroboost, ce type de système n’est pas sans danger sur le cerveau humain. Il pourrait ainsi engendrer des lésions à type d’inflammation ou de cicatrices.

« Il faut s’interroger sur les avantages rencontrés sur d’autres interfaces comme les écrans tactiles ou les assistants au langage à l’instar d’Alexa », a déclaré Heiler.


Publicité