Depuis 2007, 19 pieds désincarnés ont été découverts dans la mer des Salish sur l’île de Gabriola. Des pieds humains continuent jusqu’à ce jour de s’échouer en Colombie-Britannique, le dernier ayant été découvert récemment en 2018.

Publicité

En effet, le 6 mai, un civil qui se promenait dans les quartiers de cette province a découvert le dernier membre de cette série ; il était coincé dans une brouette, revêtu de bottes de randonnée à l’instar de la plupart des extrémités qui ont été retrouvées sur cette île.

Les parties humaines retrouvées au fil des ans

En décembre 2017, un autre civil a retrouvé un pied désarticulé au même endroit, et ce n’était pas le seul. Parmi les 19 pieds, 14 ont échoué en Colombie-Britannique tandis que les 5 autres ont traversé la mer des Salish pour arriver à l’État de Washington.

Publicité

Les autorités ont réussi à en identifier huit avant 2017. Le service des coroners a déclaré qu’il s’agissait de deux couples avec quatre autres individus qui se sont suicidés ou qui sont morts accidentellement après être portés disparus.

Vladimir, Flickr

À cause de leur état de décomposition, l’identification des propriétaires de ces membres s’avère difficile, même si les chaussures de randonnée ou de course qu’ils portent protègent les tissus contre les diverses créatures affamées de la mer. D’ailleurs, même si les organes sont retrouvés avant qu’ils ne soient décomposés, il peut être délicat de les rattacher à une personne, car l’eau salée dégrade fortement leurs molécules d’ADN.

Selon les enquêtes de la GRC et des coroners, aucun autre reste humain n’a été trouvé près du pied qui a été découvert le 6 mai dernier et aucune autre information n’est disponible sur son propriétaire actuellement.

Publicité

Les autorités canadiennes écartent un acte criminel

Le 7 mai 2017, la Gendarmerie royale du Canada a indiqué dans un communiqué de presse qu’elle collaborait avec les services des coroners sur l’identification du propriétaire du membre désarticulé qui a été retrouvé la veille sur l’île de Gabriola. Cependant, les autorités écartent tout acte criminel étant donné que la plupart des pieds découverts ne montraient aucune trace de traumatisme.

iGlobalWeb, Pixabay

Selon les experts en criminalistique de l’Université Simon Fraser en Colombie-Britannique, les membres inférieurs ont été retrouvés plus ou moins intacts, ils n’ont pas vraiment été décomposés grâce à la protection des chaussures de randonnée qui les revêtaient. Les mêmes sources dévoilent que ces organes ont parfois une consistance plus solide à cause de la transformation du tissu graisseux en une substance qui ressemble à de la cire, dite adipocere, lorsque celui-ci n’est pas dégradé par d’autres créatures mangeuses de graisse. Il n’y a donc aucun signe qu’ils aient été enlevés de force.

De plus, l’identification de huit personnes dont un pied a échoué sur l’île de Gabriola est également un argument que les autorités ont utilisé pour justifier le fait qu’ils ne soupçonnent pas d’acte criminel. Néanmoins, la GRC continue à enquêter sur les raisons qui ont amené ces victimes à se diriger vers la mer des Salish.

Publicité

Partagez l'article

Publicité
>