Vous l’avez surement remarqué, depuis quelques jours les températures ont chuté, en France, mais aussi dans le reste de l’Europe.

Publicité

Des photos du Colisée à Rome sous la neige ont circulé sur Internet, des images exceptionnelles, que l’on ne voit que très rarement. Quelles sont les causes de ce refroidissement violent et soudain ? Selon de nombreux scientifiques et chercheurs, l’Homme est responsable de ces changements de température prononcés.

Le réchauffement de l’Arctique

Selon les scientifiques, la pointe nord du Groenland a connu 61 heures de températures au-dessus de 0°C cette année, un record, et de loin. Cela est notamment dû à la fonte des glaces autour de l’Arctique, qui réchauffent l’atmosphère autour du Pôle Nord.

Les températures dans l’Arctique telles qu’elles ont été enregistrées par le système de prévision du NCEP le dimanche 25 Février. (Climate Reanalyzer)

La surface de la banquise de l’Arctique n’a jamais été aussi réduite pour un mois de Février. En effet, elle est réduite d’environ un million de kilomètres carrés par rapport à la normale, une surface équivalente à la taille de l’Égypte. Une énorme différence donc, qui a d’importantes conséquences plus au Sud qu’ailleurs.

La fonte des glaces s’explique par le fait que les températures dans la région de l’Arctique sont actuellement 20°C au-dessus de la moyenne saisonnière. La température dans cette région se situe en ce moment à environ 8°C, soit bien trop élevée pour assurer la bonne conservation de la banquise.

Erik Solheim, chef de l’environnement aux Nations Unies, explique que cette montée des températures dans la région Arctique s’explique par le réchauffement climatique, produit par l’Homme.

En effet, l’accumulation des gaz à effets de serre, qui viennent notamment de la combustion de ressources fossiles, fait augmenter la température ambiante et met donc en péril la banquise, et donc la planète et l’Homme.

Même si les dégâts sont déjà très avancés, Solheim précise qu’il n’est pas trop tard pour agir et pour essayer de changer les choses. Il est primordial de préserver la banquise, pour endiguer la montée générale des océans et maintenir les écosystèmes existants.

Publicité

Des conséquences importantes pour toute l’Europe

Lars Kaleschke, professeur à l’Université de Hambourg en Allemagne parle d’un modèle qu’il a appelé « Arctique chaud, continent froid », qui continue d’agir avec une force et une persistance surprenante.

Le procédé développé par les scientifiques qui permet d’expliquer le refroidissement de l’Europe est le suivant : la fonte des glaces va impacter l’eau plus chaude qui se trouve sous la banquise, qui va elle-même relâcher plus de chaleur dans l’atmosphère. Cet air chaud va perturber le courant d’air de haute altitude, ce qui signifie que l’air froid pourra pénétrer plus au sud et l’air chaud plus au nord.

De plus, les scientifiques expliquent que les vents puissants qui permettent normalement de préserver l’air froid au-dessus de l’Arctique se sont affaiblis ces derniers jours, ce qui permet à l’air froid de se déplacer jusqu’au sud de l’Europe.

Heureusement, cet épisode de températures glaciales devrait prendre fin d’ici vendredi à travers l’Europe, et les températures devraient revenir à des normales saisonnières. Toutefois, ce genre de phénomène risque de devenir de plus en plus courant, au fur et à mesure que la fonte des glaces s’accélère. Ce phénomène, comme tant d’autres, devrait être une prise de conscience dans la lutte contre le réchauffement climatique.


Partagez l'article

>